Parashah Vayigash

Zohar Vayigash -  205a-b

Cours du 9 décembre 2021

https://youtu.be/T2BegMqN1UM

 

 


Si vous souhaitez soutenir ce projet d'étude du Séfér haZohar, il est possible d'y contribuer librement en suivant ce lien  :


Texte étudié

Traduction : Georges Lahy

Parashah Vayigash

 

וַיִּגַּשׁ אֵלָיו יְהוּדָה וגו,' רִבִּי אֶלְעָזָר פְּתַח, כִּי אַתָּה אָבִינוּ כִּי אַבְרָהָם לֹא יָדְעָנוּ וְיִשְׂרָאֵל לֹא יַכִּירֶנּוּ אַתָּה ה' אָבִינוּ גוֹאֲלֵנוּ מֵעוֹלָם שְׁמֶךָ. הַאי קְרָא אוֹקְמוּהָ, אֲבָל תָּא חֲזֵי, כַּד בָּרָא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא עַלְמָא, כָּל יוֹמָא וְיוֹמָא, עָבֵיד עֲבִידְתָּא, כִּדְקָא חָזֵי, בְּכָל יוֹמָא וְיוֹמָא כְּמָה דְאִצְטְרִיךְ, כֵּיוָן דְּאָתָא יוֹמָא שְׁתִיתָאָה, וְאִצְטְרִיךְ לְמִבְרֵי אָדָם, אָתַת אוֹרַיְיתָא קַמֵּיהּ, אָמְרָה הַאי אָדָם דְּאַתְּ בָּעֵי לְמִבְרֵי, זַמִּין הוּא לְאַרְגָּזָא קַמָּךְ, אִלְמָלֵא לָא תַאֲרִיךְ רוּגְזָא, טַב לֵיהּ דְּלָא יִתְבְּרֵי. אֲמַר לָהּ קב"ה, וְכִי לְמַגָּנָא אִתְקְרֵינָא אֶרֶךְ אַפַּיִם.

« Alors, Judah s'approcha vers lui[1] » – Rabbi Élâzar ouvre : « Car tu es notre père : si Abraham ne nous connaît pas, et si Israël nous ignore, toi, Yhwh, tu es notre Père. Ton nom est notre rédempteur éternel[2] ». Ce verset a déjà été expliqué, mais viens et vois. Sache que lorsque le Saint, béni soit-Il, créa le monde, Il fit chaque jour l’œuvre qui convenait. Lorsque le sixième jour arriva, le temps de la création d'Adam, la Torah vint devant Lui et dit : « Adam, que Tu [205b] veux créer, va Te provoquer. À moins que Tu ne n’étendes Ta colère, il vaudrait mieux qu'il ne soit pas créé ». Le Saint, béni soit-il, demanda : « Suis-je appelé Lent à la colère (érék apayim) sans raison ? »

אֶלָּא, כֹּלָּא בְּאוֹרַיְיתָא אִתְבְּרֵי, וְכֹלָּא בְּאוֹרַיְיתָא אִשְׁתַּכְלֵיל, בְּגִין דְּעַד לָא בָּרָא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא עַלְמָא, אַתְיָין כָּל אַתְוָון קַמֵּיהּ, וְעָאלוּ כָּל חַד וְחַד לְמַפְרֵעַ.

Tout a été créé par le biais de la Torah, et construit au moyen de la Torah. En effet, avant que le Saint, béni soit-Il, ne crée le monde, toutes les lettres se présentèrent devant Lui, une par une, dans l'ordre inverse.

עָאֳלַת תי״ו, אֲמָרָה קַמֵּיהּ, רְעוּתָךְ לְמִבְרֵי בִּי עַלְמָא, א״ל לָאו, דְּבָךְ זְמִינִין כַּמָּה צַדִּיקַיָא לְמֵימַת, דִּכְתִיב וְהִתְוֵיתָ תָּיו עַל מִצְחוֹת הָאֲנָשִׁים וגו.' וְתָנִינָן, דִּכְתִיב וּמִמִּקְדָּשִׁי תָּחֵלּוּ אַל תִּקְרֵי מִמִּקְדָּשִׁי אֶלָּא מִמְקוּדָּשַׁי וּבְגִין כָּךְ עַלְמָא לָא יִתְבְּרֵי בָּךְ.

Monta Tav qui dit devant [Lui] : « Veux-tu créer le monde à travers moi ? » Él répondit : Non, car beaucoup de justes sont destinés à mourir par toi, il est écrit : « et mets un tav (marque) sur le front des hommes[3] ». Il est écrit : « Et commencez par Mon sanctuaire[4] », où le mot « sanctuaire » (mimiqdashi) doit être lu « [commencez par ceux] qui me sanctifient ». Le monde ne sera donc pas créé par toi.

עָאלוּ תְּלַת אַתְוָון: שִׁין, קוּף, רֵישׁ, כָּל חַד וְחַד בִּלְחוֹדוֹי, א״ל קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, לָאו אַתּוּן כְּדַאי, לְמִבְרֵי בְּכוֹ עַלְמָא, דְּהָא אַתּוּן אַתְוָון דְּאִתְקְרֵי בְּכוֹ שֶׁקֶר, וְשֶׁקֶר לָאו אִיהוּ כְּדַאי לְמֵיקַם קַמַּאי, וְהָא אוֹקְמוּהָ.

Montèrent trois lettres : Shin, Qof et Reish séparément. Él, Saint, béni soit-Il, dit : Il n'est pas utile de créer le monde avec vous, car vous êtes les lettres qui se combinent pour créer le mot « mensonge » (shéqér), et aucun mensonge ne mérite de s'élever devant Moi, comme cela a déjà été expliqué.

וְעָלוּ פֵּ"א צד"י, וְכֵן כֻּלְּהוּ, עַד דְּמָטוֹ אַתְוָון לְאָת כ"ף, כֵּיוָן דְּנָחַת כּ"ף מֵעַל כִּתְרָא, אִזְדַּעְזָעוֹ עִלָּאֵי וְתַתָּאֵי כו,' עַד דְּאִתְקַיֵּים כְּלָא בָּאת בֵּי"ת, דְּאִיהוּ סִימָן בְּרָכָה, וּבֵיהּ אִשְׁתַּכְּלֵל עַלְמָא וְאִתְבְּרֵי.

Montèrent Pé et Tsadéi, et ainsi de suite jusqu'à la lettre Kaf. Lorsque Kaf descendit de la Couronne (ketra), les mondes supérieurs et inférieurs tremblèrent jusqu'à ce que tout soit établi à l'aide de la lettre Béith, signe de bénédiction (berak’ah). Le monde fut construit et créé par elle.

וְאִי תֵימָא, דְּאל"ף אִיהוּ רֵישָׁא דְּכָל אַתְוָון, יָאוֹת אִיהוּ, אֶלָּא בְּגִין דְּאִתְקְרֵי בֵּיהּ אָרוּר, וּבְג״ד לָא אִתְבְּרֵי בֵּיהּ עַלְמָא, אע״ג דְּאל״ף אִיהוּ אָת דְּרָזָא עִלָּאָה, בְּגִין דְּלָא לְמֵיהַב דּוּכְתָּא לְסִטְרָא אָחֳרָא, דְּאִקְרֵי אָרוּר, לָא אִתְבְּרֵי בֵּיהּ עַלְמָא, וְאִשְׁתַּכְלֵיל בְּבֵי"ת עַלְמָא, וּבֵיהּ אִתְבְּרֵי.

Tu peux dire qu’Alef est la première de toutes les lettres, c'est vrai, mais comme le terme « maudit » (arour) commence par elle, le monde n'a pas été créé avec elle. Ainsi, bien que la lettre Alef se rapporte à un secret suprême, le monde n'a pas été créé par son intermédiaire, de sorte qu'aucune ouverture ne puisse être donnée à la Sitra aħara (Autre côté), appelée « arour ». C’est pourquoi, le monde a été construit et créé avec Béith.

תָּא חֲזֵי, כִּי אַתָּה אָבִינוּ, בְּגִין דְּהַאי עַלְמָא, בְּהַאי דַרְגָּא אִשְׁתַּכְלֵל וְאִתְבְּרֵי, וּבַר נַשׁ בֵּיהּ אִתְבְּרֵי, וּנְפַק לְעַלְמָא.

Viens et vois – « Car tu es notre père » signifie que ce monde a été construit et créé dans ce degré. L’humain a également été créé par ce biais.

כִּי אַבְרָהָם לֹא יְדָעָנוּ, דְּהָא אע״ג דְּבֵיהּ קִיּוּמָא דְעַלְמָא, לָא אִשְׁתַּדַּל עֲלָן, כְּמָה דְאִשְׁתַּדַּל עַל יִשְׁמָעֵאל, דַּאֲמַר לוּ יִשְׁמָעֵאל יִחְיֶה לְפָנֶיךָ. וְיִשְׂרָאֵל לֹא יַכִּירֶנּוּ, בְּגִין דְּכָל בִּרְכָאן דְּאִצְטְרִיךְ לְבָרְכָא לִבְנוֹי, שָׁבַק לְהַאי דַרְגָּא לְבָרְכָא כֻּלְּהוּ.

« Si Abraham ne nous connaît pas » – Bien que le monde soit soutenu par lui, il ne s'est pas soucié de nous comme il l'a fait pour Ismaël, il est dit : « Qu'Ismaël vive devant Toi[5] ». Et « Israël nous ignore », car de toutes les bénédictions qu'il aurait dû conférer à ses fils, il a laissé ce degré pour bénir tout le monde.

אַתָּה ה' אָבִינוּ, דְּהָא אַנְתְּ קָיְימַת עֲלָן תָּדִיר לְבָרְכָא, וּלְאַשְׁגָּחָא עֲלָן, כְּאַבָּא דְאַשְׁגַּח עַל בְּנִין, בְּכָל מַה דְּאִצְטְרִיךְ לוֹן. גּוֹאֲלֵנוּ מֵעוֹלָם שְׁמֶךָ, דְּהָא אַנְתְּ הוּא גוֹאֵל, דְּהָכֵי אִתְקְרֵי הַמַּלְאָךְ הַגּוֹאֵל, וְדָא גוֹאֲלֵנוּ מֵעוֹלָם שְׁמֶךָ, שְׁמֶךָ וַדַּאי. תָּנִינָן אֵין מַפְסִיקִין בֵּין גְּאוּלָּה לִתְפִלָּה, כְּמָה דְלָא מַפְסִיקִין בֵּין תְּפִלָּה שֶׁל יַד, לִתְפִלָּה שֶׁל רֹאשׁ, דְּבָעֵי לְמֶחֱזֵי דְּכֹלָּא חַד, וְהָא אוֹקְמוּהָ.

« Tu es Yhwh notre Père », toujours prêt à nous bénir et à prendre soin de nous, comme un père qui répond aux besoins de ses enfants. « Ton nom est notre rédempteur éternel », car Tu es notre Rédempteur, appelé : Ange libérateur (Malakh haGueoulah). Ainsi, Rédempteur éternel est assurément Ton nom. Nous avons appris qu'il ne faut pas faire d’interruption lors de la récitation de la bénédiction entre « qui a racheté Israël » et la Amidah. Ni entre la bénédiction du téfilin de la main et celle du téfilin de la tête, afin de nous indiquer que tout est un, comme cela a déjà été expliqué.

רִבִּי יִצְחָק וְרִבִּי יְהוּדָה, הֲווֹ יַתְבֵי לֵילְיָא חַד וְלָעָאן בְּאוֹרַיְיתָא, אֲמַר ר׳ יִצְחָק לְרִבִּי יְהוּדָה, הָא תָּנִינָן דְּכַד בָּרָא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא עַלְמָא, עֲבַד עַלְמָא תַּתָּאָה, כְּגַוְונָא דְעַלְמָא עִלָּאָה. וְכֹלָּא דָּא לָקֳבֵל דָּא. וְאִיהוּ יְקָרֵיהּ לְעֵילָא וְתַתָּא.

Rabbi Yitsħaq et Rabbi Yehoudah étudiaient la Torah un soir. Rabbi Yitsħaq dit à Rabbi Yehoudah : Nous avons appris que lorsque le Saint, béni soit-Il, a créé le Monde, Il a fait le monde inférieur d'après le modèle du monde supérieur, et a fait correspondre l'un à l'autre. Il en est de même pour la Gloire, tant en haut qu'en bas.

אֲמַר רִבִּי יְהוּדָה, הָכֵי הוּא וַדַּאי, וּבָרָא אָדָם עַל כֹּלָּא, הה״ד אָנֹכִי עָשִׂיתִי אֶרֶץ וְאָדָם עָלֶיהָ בָּרָאתִי, אָנֹכִי עָשִׂיתִי אֶרֶץ וַדַּאי, מ״ט עָשִׂיתִי אֶרֶץ, בְּגִין דְּאָדָם עָלֶיהָ בָּרָאתִי, דְּאִיהוּ קִיוּמָא דְעַלְמָא, לְמֶהֱוֵי כֹּלָּא בִּשְׁלִימוּ חַד.

Rabbi Yehoudah dit : Il en est ainsi, assurément, et Il a créé Adam au-dessus de tout. C'est la signification de : « Moi, j'ai fait la terre, et j'ai créé Adam sur elle[6] ». Il est certain qu'Il a fait la terre, alors pourquoi est-il écrit : « J'ai fait la terre » ? Parce que j'ai « créé Adam sur elle », qui existe pour compléter son unification.

פְּתַח וַאֲמַר, כֹּה אָמַר הָאֵל ה׳ בּוֹרֵא הַשָּׁמַיִם וְנוֹטֵיהֶם רוֹקַע הָאָרֶץ וְצֶאֱצָאֶיהָ נוֹתֵן נְשָׁמָה לָעָם עָלֶיהָ וְרוּחַ לַהוֹלְכִים בָּהּ. הַאי קְרָא אוֹקְמוּהָ, אֲבָל כֹּה אָמַר הָאֵל ה׳ בּוֹרֵא הַשָּׁמַיִם וְנוֹטֵיהֶם, דָּא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, לְעֵילָא לְעֵילָא, דְּאִיהוּ בּוֹרֵא הַשָּׁמַיִם, וְאַתְקֵין לֵיהּ תָּדִיר, בְּכָל זִמְנָא. רוֹקַע הָאָרֶץ וְצֶאֱצָאֶיהָ, דָּא אַרְעָא קַדִּישָׁא, צְרוֹרָא דְחַיֵּי. נוֹתֵן נְשָׁמָה לָעָם עָלֶיהָ. הָאָרֶץ דָּא הִיא דְּיַהֲבָה נְשָׁמָה וגו.'

Il ouvre et dit : « Ainsi dit l’Él, Yhwh, qui est Créateur des cieux et les a déployés, qui a étendu la terre et ses produits, qui donne une neshamah au peuple qui est sur elle, et une rouaħ à ceux qui y marchent[7] ». Ce verset a déjà été expliqué. Néanmoins, « Ainsi dit l’Él, Yhwh, qui est Créateur des cieux » fait référence au Saint, béni soit-Il, au-dessus du dessus, qui est « Créateur des cieux », qui les fait subsister continuellement. « Qui a étendu la terre et ses produits », à savoir la Terre Sainte, le Faisceau de Vie. « Qui donne une neshamah au peuple qui est sur elle », c’est la terre où se déploie l’âme.

אֲמַר רִבִּי יִצְחָק, כֹּלָּא אִיהוּ לְעֵילָא, דְּהָא מִתַּמָּן נָפְקָא נִשְׁמָתָא דְחַיֵּי, לְהַאי אֶרֶץ. וְהַאי אֶרֶץ, נָקְטָא נִשְׁמָתָא לְמֵיהַב לְכֹלָּא, בְּגִין דְּהַהוּא נָהָר דְּנָגֵיד וְנָפֵיק, אִיהוּ יָהֵיב וְעָיֵיל נִשְׁמָתִין לְהַאי אֶרֶץ, וְאִיהוּ נָקְטָא לוֹן, וְיָהֲבָא לְכֹלָּא.

Rabbi Yitsħaq a dit : C'est tout en haut. Car de là, l'âme de vie sort de terre. La terre reçoit l'âme et la délivre à tous, tel un fleuve qui coule, retient toutes les âmes et les distribue à tous dans la terre. Elle les reçoit et les distribue à tous.

תָּא חֲזֵי, כַּד בָּרָא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא לֵיהּ לְאָדָם, אַכְנֵישׁ עַפְרֵיהּ, מֵאַרְבַּע סִטְרִין דְּעַלְמָא, וַעֲבַד גַּרְמֵיהּ בַּאֲתַר דְּמַקְדְּשָׁא לְתַתָּא, וְאַמְשֵׁיךְ עֲלֵיהּ נִשְׁמָתָא דְחַיֵּי מִבֵּי מַקְדְּשָׁא לְעֵילָא.

Viens et vois – Lorsque le Saint, béni soit-il, créa Adam, il rassembla sa poussière à partir des quatre directions du monde. Il la forma sur le site du Temple d’en bas, puis attira sur lui l'âme de la vie du Temple d’en haut.

וְנִשְׁמָתָא אִיהִי כְּלִילָא בִּתְלַת דַּרְגִּין, וְעַל דָּא תְּלַת שְׁמָהָן אִינוּן לְנִשְׁמָתָא, כְּגַוְונָא דְרָזָא עִלָּאָה, נֶפֶ״שׁ, רוּ״חַ, נְשָׁמָ״ה. נֶפֶשׁ, הָא אוֹקְמוּהָ, דְּאִיהִי תַּתָּאָה מִכֹּלָּא. רוּחַ, אִיהוּ קִיּוּמָא, דְּשָׁלְטָא עַל נֶפֶשׁ, וְאִיהוּ דַרְגָּא עִלָּאָה עֲלָהּ, לְקָיְימָא עֲלָהּ בְּכֹלָּא, כִּדְקָא חָזֵי. נְשָׁמָה, אִיהִי קִיּוּמָא עִלָּאָה עַל כֹּלָּא, וְשָׁלְטָא עַל כֹּלָּא, דַּרְגָּא קַדִּישָׁא, עִלָּאָה עַל כֻּלְּהוּ.

L'âme se compose de trois degrés et a donc [206a] trois noms, tout comme le Secret Suprême : Néfésh, Rouaħ, Neshamah. Néfésh, comme cela a été expliqué, est le plus bas de tous. Rouaħ est sa subsistance. Il règne sur Néfésh, étant d’un degré supérieur, pour la soutenir en tout. Neshamah est l'existence suprême. Elle règne sur tout, étant d'un degré saint supérieur à tous.

וְאִלֵּין תְּלַת דַּרְגִּין, כְּלִילָן בְּהוֹ בִּבְנֵי נָשָׁא, לְאִינוּן דְּזָכָאן לְפוּלְחָנָא דְּמָארֵיהוֹן. דְּהָא בְּקַדְמֵיתָא אִית בֵּיהּ נֶפֶשׁ, וְאִיהוּ תִּקּוּנָא קַדִּישָׁא לְאִתְתַּקָּנָא בָּהּ בַּר נָשׁ. כֵּיוָן דְּאָתֵי בַּר נָשׁ לְאִתְדַּכָּאָה בְּהַאי דַרְגָא, אִתְתַּקַּן לְאִתְעַטְּרָא בְּרוּחַ, דְּאִיהוּ דַרְגָּא קַדִּישָׁא. דְּשָׁרְיָא עַל נֶפֶשׁ לְאִתְעַטְּרָא בֵּיהּ בַּר נָשׁ, הַהוּא דְזָכֵי.

Les trois degrés, sont inclus dans les êtres humains, qui les atteignent en servant leur Maître. Ainsi, l’être humain a d'abord une Néfésh, un rectifiant saint [creuset] avec lequel il peut être corrigé. Lorsqu'il a l'intention de se purifier par ce degré, l’humain se voit rectifié et couronné d’une Rouaħ, le degré saint qui habite Néfésh, dont l’humain méritant est paré.

כֵּיוָן דְּאִסְתַּלַּק בְּהוֹ: בְּנֶפֶשׁ וְרוּחַ, וְעָאל וְאִתְתַּקַּן בְּפוּלְחָנָא דְמָארֵיהּ כִּדְקָא יָאוֹת, כְּדֵי שַׁרְיָא עֲלֵיהּ נְשָׁמָה, דַּרְגָּא עִלָּאָה קַדִּישָׁא, דְּשָׁלְטָא עַל כֹּלָּא, בְּגִין לְאִתְעַטְּרָא בְּדַרְגָּא עִלָּאָה קַדִּישָׁא, וּכְדֵין אִיהוּ שְׁלִימָא דְּכֹלָּא, שְׁלִים בְּכָל סִטְרִין, לְמִזְכֵּי בְּעַלְמָא דְאָתֵי, וְאִיהוּ רְחִימָא דְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, כְּד"א לְהַנְחִיל אוֹהֲבַי יֵשׁ, מַאן אִינוּן אוֹהֲבַי, אִלֵּין אִינוּן דְּנִשְׁמָתָא קַדִּישָׁא בְּהוֹ.

Une fois qu'il est élevé par Néfésh et Rouaħ et qu'il atteint la correction par un service approprié à son Maître, Neshamah, un degré supérieur et saint qui règne sur tout, habite en lui afin qu'il puisse être orné du degré saint le plus élevé et être parfait en tout, de tous les côtés, et ainsi mériter le Monde-à-Venir. Il est alors aimé du Saint, béni soit-Il, comme il est écrit : « Pour donner en héritage des biens à mes aimants[8] ». « À mes aimants » se réfère à ceux en qui réside la sainte Neshamah.

אֲמַר ר׳ יְהוּדָה, אִי הָכֵי הָא כְתִיב, כֹּל אֲשֶׁר נִשְׁמַת רוּחַ חַיִּים בְּאַפָּיו וגו.׳ א״ל הָכֵי הוּא וַדַּאי, דְּהָא לָא אִשְׁתָּאַר בְּהוֹ, מִכָּל אִינוּן דַּהֲווֹ בְּהוֹ נִשְׁמָתָא קַדִּישָׁא, כְּגוֹן חֲנוֹךְ, יֶרֶד, וְכֻלְּהוּ צַדִּיקַיָּא, בְּגִין לַאֲגָנָא עַל אַרְעָא, דְּלָא יִשְׁתֵּצֵי בְּגִינַיְיהוּ, הה״ד כֹּל אֲשֶׁר נִשְׁמַת רוּחַ חַיִּים בְּאַפָּיו מִכֹּל אֲשֶׁר בֶּחָרָבָה מֵתוּ, כְּבָר מֵתוּ, וְאִסְתַּלָּקוּ מֵעַלְמָא, וְלָא אִשְׁתָּאַר מִנְּהוֹן מַאן דְּיָגֵין עַל עַלְמָא, בְּהַהוּא זִמְנָא.

Rabbi Yehoudah demande : Si cela est vrai, pourquoi est-il écrit : « Tout ce qui avait respiration de souffle (nishmath rouaħ) de vie dans ses narines[9] » ? Il répondit : En effet, de tous ceux en qui il y avait une sainte Neshamah, nul - hormis Hénoch ou Jared et les tous les Justes - n'est resté pour protéger la terre afin qu'elle ne soit pas détruite par leur mérite. C'est la signification de « Tout ce qui avait respiration de souffle (nishmath rouaħ) de vie dans ses narines, et tout ce qui était sur la terre ferme, mourut ». Ils étaient tous déjà morts et avaient quitté le monde, et personne ne restait alors pour protéger le monde.

תָּא חֲזֵי, כֹּלָּא אִינוּן דַּרְגִּין, אִלֵּין עַל אִלֵּין, נֶפֶ״שׁ, רוּ״חַ, נְשָׁמָ״ה, דַּרְגָּא עַל דַּרְגָּא, נֶפֶשׁ בְּקַדְמֵיתָא, וְאִיהִי דַרְגָּא תַּתָּאָה, כִּדְקָאֲמָרָן. רוּחַ לְבָתַר, דְּשַׁרְיָא עַל נֶפֶשׁ, וְקָיְימָא עֲלָהּ. נְשָׁמָה, דַּרְגָּא דְסָלְקָא עַל כֹּלָּא, וְאוֹקְמוּהָ.

Viens et vois – Il y a des degrés sur des degrés : Néfésh, Rouaħ, Neshamah – des degrés au-dessus des degrés. D'abord Néfésh, qui est le degré le plus bas, comme nous l'avons dit, puis Rouaħ, qui demeure sur Néfésh et est au-dessus de lui. Neshamah qui est le degré le plus élevé, comme nous l'avons déjà expliqué.

נֶפֶשׁ: דָּא נֶפֶשׁ דָּוִד, וְאִיהִי דְקָיְימָא לְקַבְּלָא נֶפֶשׁ, מֵהַהוּא נָהָר דְּנָגֵיד וְנָפֵיק. רוּחַ: דָּא רוּחַ דְּקָיְימָא עֲלֵיהּ דְּנַפְשָׁא, וְלֵית קִיּוּמָא לְנֶפֶשׁ, אֶלָּא בְּרוּחַ, וְדָא אִיהוּ רוּחַ, דְּשַׁרְיָא בֵּין אֶשָּׁא וּמַיָּא, וּמֵהָכָא אִתְּזָן הַאי נֶפֶשׁ.

Néfésh – C’est Néfésh de David, qui reçoit Néfésh du Fleuve qui coule. Rouaħ se tient au-dessus de Néfésh, qui ne peut exister sans Rouaħ, qui réside entre le feu et l'eau. C'est à partir de là qu’est nourrie Néfésh.

רוּחַ, קָיְימָא בְּקִיּוּמָא דְדַרְגָּא אוֹחֲרָא עִלָּאָה, דְּאִקְרֵי נְשָׁמָה, דְּהָא מִתַּמָּן נָפְקֵי נֶפֶשׁ וְרוּחַ. מִתַּמָּן אִתְּזָן רוּחַ, וְכַד נָטֵיל רוּחַ, כְּדֵין נָטְלָא נֶפֶשׁ, וְכֹלָּא חַד, וְאִתְקְרִיבוּ דָּא בְּדָא, נֶפֶשׁ אִתְקְרֵיב בְּרוּחַ, וְרוּחַ אִתְקְרֵיב בִּנְשָׁמָה, וְכֹלָּא חַד.

Rouaħ dépend, pour son existence, d'un degré supérieur appelé Neshamah, qui est à l'origine de Rouaħ et Néfésh. Rouaħ se nourrit d'eux. Lorsque Rouaħ voyage, Néfésh voyage également, et tout est un. Elles se rapprochent l'une de l'autre, Néfésh vers Rouaħ et Rouaħ vers Neshamah, et elles ne font qu'une.

תָּא חֲזֵי, וַיִּגַּשׁ אֵלָיו, תִּקְרוּבְתָּא דְעַלְמָא בְּעַלְמָא, לְאִתְאַחֲדָא דָּא בְּדָא, לְמֶהֱוֵי כֹּלָּא חַד, בְּגִין דִּיהודָה אִיהוּ מֶלֶךְ, וְיוֹסֵף מֶלֶךְ, אִתְקְרִיבוּ דָא בְּדָא, וְאִתְאֲחִידוּ דָּא בְּדָא.

Viens et vois – « S'approcha vers lui[10] » fait référence à un monde qui s'approche d’un monde, de sorte que tout devient un. De même que Judah et Joseph, qui étaient tous deux rois, se sont approchés l'un de l'autre et se sont unis.

 

[1] Genèse 44:18

[2] Ésaïe 63:16.

[3] Ézéchiel 9:4.

[4] Ézéchiel 9:6.

[5] Genèse 17:18.

[6] Ésaïe 45:12.

[7] Esaïe 42:5.

[8] Proverbes 8:21

[9] Genèse 7:22.

[10] Genèse 44:18

[14] Genèse 45:27.

[15] Job 34:11.

[16] Moed Qatan 28a.

[17] Psaumes 11:5.

 

 

Commentaires

  • Gabrielle
    • 1. Gabrielle Le 10/12/2021
    Elle est belle ta phrase :
    soyons plus que des amants soyons des aimants
    j'espère que tu as pas de copie right dessus parce je la met dans ma besace...
    Bon wkend
    Gabrielle