Parashah Vayétsé

Zohar Vayétsé-  146a / 147b

Cours du 11 novembre 2021

https://youtu.be/1Gtwiz-o6Lo

 

 


Si vous souhaitez soutenir ce projet d'étude du Séfér haZohar, il est possible d'y contribuer librement en suivant ce lien  :


Texte étudié

Traduction : Georges Lahy

Parashah Vayétsé

סִתְרֵי תוֹרָה

Sitréi Torah

וְזָרַח הַשֶּׁמֶשׁ וּבָא הַשֶּׁמֶשׁ. מַאי קָא חָמָא שְׁלֹמֹה מַלְכָּא, דְּשֵׁירוּתָא דְּסִפְרָא דְּחָכְמְתָא דִּילֵיהּ מֵהָכָא אִיהוּ. אֶלָּא אֲמַר ר׳ אֶלְעָזָר, שְׁלֹמֹה מַלְכָּא, הַאי סִפְרָא, אוֹקִים לֵיהּ עַל שֶׁבַע הֲבָלִים, וְעַלְמָא קָאֵים עֲלַיְיהוּ. וְאִינוּן עַמּוּדִין וְסָמְכִין, קִיּוּמָא דְעַלְמָא. דִּבג״כ אִקְרוּן הֲבָלִים, מַה גּוּפָא, לָא אִתְקַיַּים בְּלָא הֶבֶל, אוֹף הָכֵי עַלְמָא, לָא אִתְקַיַּים אֶלָּא עַל הֲבָלִים, דַּאֲמַר שְׁלֹמֹה מַלְכָּא. וְאִינוּן שֶׁבַע, דִּכְתִיב: הֲבֵל הֲבָלִים אָמַר קֹהֶלֶת הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל, הָא שֶׁבַע.

[146b] « Et le soleil se lève et le soleil se couche[1] » – Pourquoi le roi Salomon a-t-il commencé ainsi son Livre de Sagesse ? Rabbi Elâzar dit : Le roi Salomon a basé son livre sur les sept buées (havalim) sur lesquelles le monde est établi. Les piliers et les fondations qui soutiennent le monde sont appelés havalim, car, de même que le corps ne peut perdurer sans « buée » (hévél), le monde ne peut durer sans ces havalim mentionnées par le roi Salomon. Et celles-ci sont au nombre de sept, comme il est écrit : « Buée des buées (havél havalim), dit le Qohéléth, buée des buées, tout est buée[2] » Au total, il y a en a sept.

וְאִי תֵימָא, אִי הָכֵי דְּאִינוּן מַרְגְּלָאן טָבָאן דְּעַלְמָא קָיְימָא עֲלַיְיהוּ, הָא בַּאֲתַר אָחֳרָא כְּתִיב הֲבָלִים בִּישִׁין, וְאִינוּן סְתִירוּ דְעַלְמָא, כְּגוֹן זֶה הֶבֶל וָחֳלִי רָע הוּא. זֶה הֶבֶל וּרְעוּת רוּחַ. אֶלָּא וַדַּאי אַף עַל גָּב דְּהַנֵּי שֶׁבַע הֲבָלִים, דְּאִינוּן קַדִּישִׁין קִיּוּמָא דְעַלְמָא, אִית לָקֳבֵל הַנֵּי ז' הֲבָלִים דְּכָל דִּינִין דְּעַלְמָא נָפְקִין, וּמִנַּיְיהוּ מִתְפַּשְׁטִין. וְאִקְרוּן הֲבָלִים אָחֳרָנִין, לְאַלְקָאָה בְּנֵי נָשָׁא, וּלְאַתְקָנָא לוֹן, דְּיַהֲכוּן בְּאֹרַח מֵישָׁר, וְאִקְרוּן הֶבֶל דְּשַׁרְיָא בְּהוֹ חֳלִי רָע, הֶבֶל דְּאִיהוּ רְעוּת רוּחַ. וְאִינוּן קִיּוּמָא, דִּבְגִינֵיהוֹן בְּנֵי נָשָׁא אָזְלִין בְּאֹרַח מֵישָׁר, וּדְחִילוּ מִקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, וְעַל דָּא סַגִּיאִין אִינוּן הֲבָלִים דְּמִתְפַּשְׁטֵי מֵהַנֵּי שָׁבַע.

Tu peux dire : « S'il en est ainsi, le monde est soutenu par des perles précieuses ». Pourtant, ailleurs, il est écrit des buées mauvaises (havalim bishim) qui causent l’occultation du monde, comme avec : « Ceci est buée et maladie mauvaise[3] », et « Ceci... est vanité et tourment d’esprit[4] ». Il en est assurément ainsi. Bien que ces sept havalim soient saintes et nécessaires à l'existence du monde, il existe des havalim correspondants d'où se répand tous les jugements dans le monde. [147a] Elles sont appelées havalim autres. Elles punissent les humains et les corrigent, afin qu'ils empruntent le chemin de la droiture. Elles sont appelées « buée » car y réside une « maladie mauvaise » et « buée » parce qu’elle « tourmente l’esprit ». Elles maintiennent le monde parce qu'elles veillent à ce que les hommes empruntent le chemin de la droiture dans la crainte du Saint, béni soit-Il. C'est pourquoi il y a beaucoup d’havalim qui se répandent à partir de ces sept.

וְשֵׁירוּתָא דְּאִיהוּ אֲמַר, רָזָא דְּשִׁמְשָׁא, דְּאִיהוּ הֶבֶל, דְּקַיֵּים עַלְמָא, וְאִיהוּ רָזָא לְאָעֳלָא בַּר נָשׁ לְגוֹ מְהֵימְנוּתָא עִלָאָה דְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא. וּבְגִין כָּך, כָּל מַה דִּתְחוֹת הַאי דַרְגָּא, לָאו אִיהוּ רָזָא דִמְהֵימְנוּתָא, וְע״ד כְּתִיב, וְאֵין יִתְרוֹן תַּחַת הַשֶּׁמֶשׁ בְּכָל אֲשֶׁר נַעֲשָׂה תַּחַת הַשֶּׁמֶשׁ, דְּהָא תְּחוֹת הַאי, לָא אִצְטְרִיךְ לְאִתְדַּבָּקָא.

C’est la raison pour laquelle il a commencé par le secret du soleil, qui est une « buée » qui soutient le monde. Un secret pour amener l’humain à la foi supérieure du Saint, béni soit-il. Par conséquent, tout ce qui se trouve sous ce degré n'est pas le secret de la foi. C'est pourquoi il est écrit : « Il n'y a aucun profit sous le soleil[5] », et « dans tout ce qui se fait sous le soleil[6] », car en dessous il ne faut pas s’attacher.

שִׁמְשָׁא בְּסִיהֲרָא, חָדָא אִינוּן בְּלָא פֵּרוּדָא, וְסִיהֲרָא אַף עַל גָּב דְּאִיהוּ תְּחוֹת שִׁמְשָׁא, כֹּלָּא אִיהוּ שִׁמְשָׁא, בְּלָא פֵּרוּדָא. וּתְחוֹת הַאי, כֹּלָּא אִיהוּ רְעוּת רוּחַ, וְאָסִיר לְאִתְדַּבָּקָא בֵּיהּ.

Le soleil avec la lune ne sont qu’un, sans séparation. Bien que la lune soit sous le soleil, tout est soleil. Sans séparation. Et tout ce qui est sous le soleil est tourment d’esprit. Et il est interdit de s'y attacher.

ַיֵּצֵא יַעֲקֹב, בְּקִטְרָא דִּסְתִימוּ, מִגּוֹ סִתְרָא סְתִימָא נָפְקָא, זֹהַר אַסְפַּקְלַרְיָאה דְּנָהֲרָא, כְּלִילָא מִתְּרֵין גְּוָונִין, דְּמִתְחַבְּרָן כַּחֲדָא, כֵּיוָן דְּאִלֵּין אִתְכְּלִילוּ דָּא בְּדָא, אִתְחֲזוּן בֵּיהּ כָּל גְּוָונִין. אַרְגָּמָן אִיהוּ, כָּל חֵיזוּ דִּנְהוֹרִין, בֵּיהּ כְּלִילָן. רָצוֹא וָשׁוֹב, אִינוּן נְהוֹרִין, לָא מִתְעַכְּבָן לְמֶחֱמֵי, חִבּוּרָא חָדָא אִתְחַבְּרָן בְּהַהוּא זֹהַר.

« Et Jacob sortit[7] » – De la nuée occulte, issue d’un mystère clos, émerge le Zohar du miroir lumineux, composé de deux couleurs unies imbriquées [147b]. Parce qu'elles sont incluses l'une dans l'autre, toutes les teintes y sont visibles. C’est l’Argaman (pourpre), toutes les lumières visibles y sont incluses. Elles « pulsent et reviennent[8] ». Et elles ne s'arrêtent suffisamment pour être vues, elles sont connectées au Zohar.

בְּהַאי זֹהַ״ר שָׁארֵי מַאן דְּשָׁארֵי, שְׁמָא אִיהוּ, לְהַהוּא דְּסָתִים דְּלָא יְדִיעַ כְּלָל, קוֹל יַעֲקֹב אִקְרֵי, בְּהַאי אִתְחֲזֵי מְהֵימְנוּתָא דְּכֹלָּא. הַהוּא דְּסָתִים וְלָא יְדִיעַ כְּלָל, בְּהַאי שַׁרְיָא יהו״ה. שְׁלִימוּ דְכָל סִטְרִין אִיהוּ, עִלָּאָה וְתַתָּאָה, הָכָא אִשְׁתַּכַּח, יַעֲקֹב שְׁלִימוּ דַּאֲבָהָן דְּאָחִיד מִכָּל סִטְרִין. זה״ר דָּא, עַל בְּרִירוּ דִּשְׁמָא דָא אִקְרֵי, דִּכְתִיב יַעֲקֹב אֲשֶׁר בְּחַרְתִּיךָ. תְּרֵין שְׁמָהָן אִקְרֵי, יַעֲקֹב וְיִשְׂרָאֵל, בְּקַדְמֵיתָא יַעֲקֹב, וּלְבָתַר יִשְׂרָאֵל.

Dans ce Zohar réside ce qui est à part. C'est un nom pour décrire ce qui est clos et de totalement inconnu. On l’appelle « Voix de Jacob ». En elle, on perçoit la Foi totale. C’est l’occulte totalement inconnu. Le Nom Yhwh y réside. Complet (en paix) de tous côtés, en haut et en bas. C'est pourquoi Jacob est accompli parmi les Pères, car il est contenu de tous côtés. Ce Zohar purifie son nom, comme il est écrit : « Jacob que j'ai choisi[9] ». Il a deux noms, Jacob et Israël. D'abord, Jacob et ensuite Israël.

סִתְרָא דְסִתְרָא דָא, כַּד הֲוָה בְּקַדְמֵיתָא בְּהַאי סוֹפָא דְמַחְשָׁבָה, דְּאִיהוּ פֵּרוּשָׁא דְאוֹרַיְיתָא דְּבִכְתַב, וְאִיהִי תּוֹרָה שֶׁבְּעַל פֶּה, וְעַל דָּא אִקְרֵי בְּאֵר, שֶׁנֶּאֱמַר הוֹאִיל מֹשֶׁה בְּאֵר אֶת הַתּוֹרָה, בְּאֵ״ר אִיהוּ לְהַהוּא דְאִקְרֵי שָׁבַע, דִּכְתִיב וַיִּבְנֵהוּ שֶׁבַע שָׁנִים. וְהַיְינוּ קוֹל גָּדוֹל.

C'est un grand mystère, car à l’origine, il était à la fin de cette Pensée, qui est le commentaire de la Torah écrite, appelée « Torah orale ». C'est pourquoi on l'appelle un « puits » (bér), comme il est écrit : « Moïse a commencé à expliquer (bér) cette Torah[10] ». Car il s'agit d'un puits (bér), qui est une explication (beour) désignée par sept (shevâ), comme il est écrit : « Il a mis sept ans à la bâtir[11] », c’est la Grande Voix.

וְדָא סוֹפָא דְּמַחְשָׁבָה, בְּאֵ״ר שָׁבַע אִיהוּ. וְיַעֲקֹב עָאל בְּהַאי רֵישָׁא לִמְהֵימְנוּתָא, כֵּיוָן דְּאִתְדַּבַּק בִּמְהֵימְנוּתָא דָא, אִצְטְרִיךְ לֵיהּ לְאִתְבָּחֲנָא, בְּהַהוּא אֲתַר דְּאִתְבְּחִינוּ אֲבָהָן דִּילֵיהּ, דְּעָאלוּ בִּשְׁלָם וּנְפָקוּ בִּשְׁלָם.

La fin de cette Pensée c’est Beer-Shevâ (puits des sept) où Jacob a atteint le sommet de la foi. Parce qu'il a adhéré à cette foi, il dut être éprouvé en ce lieu où ses pères furent éprouvés. Là où ils sont venus en paix et sortis en paix.

אָדָם עָאל וְלָא אִסְתַּמַּר, וְאִתְפַּתָּא אֲבַתְרָהּ, וְחָטָא בְּהַהִיא אֵשֶׁת זְנוּנִים, נָחָשׁ קַדְמָאָה. נֹחַ עָאל, וְלָא אִסְתַּמַּר, וְאִתְפַּתָּא אֲבַתְרָהּ, וְחָטָא, דִּכְתִיב וַיֵּשְׁתְּ מִן הַיַּיִן וַיִּשְׁכָּר וַיִּתְגָּל בְּתוֹךְ אָהֳלֹה. אַבְרָהָם עָאל וְנָפַק דִּכְתִיב וַיֵּרֶד אַבְרָם מִצְרַיְמָה, וּכְתִיב וַיַּעַל אַבְרָם מִמִּצְרָיִם. יִצְחָק עָאל וְנָפַק, דִּכְתִיב וַיֵּלֶךְ יִצְחָק אֶל אֲבִימֶלֶךְ מֶלֶךְ פְּלִשְׁתִּים גְּרָרָה, וּכְתִיב וַיַּעַל מִשָּׁם בְּאֵר שָׁבַע.

Adam vint et ne prit pas garde, il a été séduit, et il a failli avec « la femme des prostitutions[12] », le serpent primordial. Noé vint et ne prit pas garde et il fut séduit par elle et fauta, comme il est écrit : « Il but du vin et s'enivra, et il se découvrit dans sa tente[13] ». Abraham vint et sortit, comme il est écrit : « Et Abram descendit en Égypte[14] », et « Et Abram remonta d'Égypte[15] ». Isaac vint et sortit, comme il est écrit : « Isaac est allé chez Abimélek, roi des Philistins[16] », et « Il est remonté de là à Beer-Shevâ[17] ».

יַעֲקֹב כֵּיוָן דְּעָאל בִּמְהֵימְנוּתָא, אִצְטְרִיךְ לְמֵיעַל מִנְחָתָא לְהַהִיא סִטְרָא, בְּגִין דְּמַאן דְּאִשְׁתְּזֵיב מִתַּמָּן אִיהוּ רְחִימָא וּבְרִירָא דְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא. מַאי כְּתִיב, וַיֵּצֵא יַעֲקֹב מִבְּאֵר שָׁבַע, סִתְרָא דְרָזָא דִמְהֵימְנוּתָא. וַיֵּלֶךְ חָרָנָה, סִטְרָא דְאֵשֶׁת זְנוּנִים, אִשָּׁה מְנָאֶפֶת.

Lorsque Jacob accéda au degré de la Foi, il dut apporter [148a] une offrande dans ce côté. Car celui qui en sort est aimé et choisi par le Saint, béni soit-Il. Il est écrit : « Et Jacob sortit de Beer-Shevâ[18] », du côté de la Foi, « et se dirigea vers Ħaran », qui est le côté où se trouve la femme des prostitutions, une femme adultère (idolâtre).

סִתְרָא דְסִתְרִין, מִגּוֹ דְתוֹקְפָא דְטִיהֲרָא דְיִצְחָק, מִגּוֹ דוּרְדַּיָא דְחַמְרָא, נְפַק חַד נְעִיצוּ קְטִירָא, כָּלֵיל חַד דְּכַר וְנוּקְבָא, סוּמְקָא כְּוַורְדָא, מִתְפָּרְשָׁן לְכַמָּה סִטְרִין וּשְׁבִילִין. דְּכוּרָא אִקְרֵי סמא״ל, נוּקְבֵיהּ כְּלִילָא בְּגַוֵּיהּ תָּדִיר. כְּמָה דְאִיהוּ בִּסְטַר קְדוּשָׁה, הָכֵי נָמֵי בְּסִטְרָא אָחֳרָא, דְּכַר וְנוּקְבָא כְּלִילָן דָּא בְּדָא. נוּקְבָא דִּסמא״ל, נָחָשׁ, אִקְרֵי: אֵשֶׁת זְנוּנִים, קֵץ כָּל בָּשָׂר, קֵץ הַיָּמִים.

Mystère des mystères – Issue de la virilité de la clarté d'Isaac, et de la lie du vinaigre, émerge un greffon nébuleux (une chimère ?), tout à la fois mâle et femelle, rouge comme une rose, qui s'étend sur nombre de côtés et venelles. Le mâle est appelé Samael et la femelle est toujours incluse en lui. De même que du côté de la sainteté, de l'autre côté, mâle et femelle sont imbriqués l'un dans l'autre. La femelle de Samael est appelée Naħash (serpent), « femme des prostitutions », « extrémité de toute chair[19] », et « extrémité des jours ».

תְּרֵין רוּחִין בִּישִׁין מִתְדַּבְּקָן כַּחֲדָא, רוּחָא דִדְכוּרָא דַּקִּיק. רוּחָא דְּנוּקְבָא, בְּכַמָּה אוֹרְחִין וּשְׁבִילִין מִתְפַּרְשָׁא, וּמִתְדַּבְּקָא בְּהַהוּא רוּחָא דִּדְכוּרָא. קַשֵּׁיטַת גַּרְמָהּ בְּכַמָּה תַּכְשִׁיטִין, כְּזוֹנָה, מְרַחֲקָא קָיְימַת בְּרֵישׁ אוֹרְחִין וּשְׁבִילִין, לְפַתָּאָה בְּנֵי נָשָׁא.

Deux mauvais souffles adhèrent ensemble. Le souffle du mâle est étriqué. Le souffle féminin se manifeste de nombreuses façons et sentiers. Il s'attache au souffle du mâle, outrageusement fardé comme une abominable prostituée se tenant sur les routes et les chemins pour séduire les humains.

שַׁטְיָא דְּקָרֵיב בַּהֲדָהּ, אַתְקֵיפַת בֵּיהּ, וּנְשָׁקַת לֵיהּ, מָסְכַת לֵיהּ חַמְרָא דְּדוּרְדַיָא, דִּמְרוֹרַת פְּתָנִים. כֵּיוָן דְּשָׁתֵי, אַסְטֵי אֲבַתְרָהּ, לְבָתַר דְּחָמַאת לֵיהּ סָטֵי אֲבַתְרָהּ, מֵאוֹרְחָא דִקְשׁוֹט, אַפְשֵׁיטַת גַּרְמָהּ, מִכָּל אִינוּן תִּקּוּנִין דַּהֲוַת מִתְתַּקְנָא לְגַבֵּי דְהַהוּא שַׁטְיָא.

Quand un sot s'approche d'elle, elle l’enlace et l'embrasse. Elle lui verse du vinaigre avec un venin âpre. Après avoir bu, il se prostitue avec elle. Quand elle voit qu'il se prostitue avec elle et qu'il se détourne du chemin de la vérité, elle enlève tous ses atours dont elle s’est parée pour ce fou.

תִּקּוּנִין דִּילָהּ, לְפַתָּאָה לִבְנֵי נָשָׁא: שַׂעֲרָהָא מְתַקְנִין סוּמְקָן כְּוַורְדָא, אַנְפָּהָא חִוְורִין וְסוּמְקִין, בְּאוּדְנָהָא תַּלְיָין שִׁיתָּא תִּקּוּנִין אַטוּנָא דְמִצְרַיִם, תַּלְיָין עַל קַדְלָהָא כָּל חֵילֵי דְאַרְעָא דְּקָדָם, פִּיהָ מִתְתַּקְנָא בִּפְתִיחוּ דַּקִּיק יָאֶה בְּתִקּוּנָהָא, לִישָׁנָא חֲדִידָא כְּחַרְבָּא, שְׁעִיעָן מִלָּהָא כְּמִשְׁחָא, שִׂפְוָוהָא יָאָן סוּמְקִין כְּוַורְדָא, מְתִיקוּ בְּכָל מְתִיקוּ דְעַלְמָא, אַרְגְּוְונָא לְבָשַׁת, אִתְתַּקָּנַת בְּאַרְבָּעִין תִּקּוּנִין, חָסֵר חַד.

Les artifices dont elle use pour séduire les humains sont ses cheveux coiffés, rouges comme une rose. Son visage est blanc et rouge. À ses oreilles sont suspendues six boucles d'oreilles en cordelette d’Égypte. À son cou pendent des breloques des terres orientales. Sa bouche est ornée d'une petite fente de forme agréable. Sa langue est tranchante comme une épée. Sa parole est lisse comme de l'huile. Ses lèvres sont belles et rouges comme une rose, elle est plus douce que tout ce qui est doux dans le monde. Vêtue de pourpre, ornée de quarante parures, moins une.

שַׁטְיָא סָטֵי אֲבַתְרָהָא, וְשָׁתֵי מִכַּסָּא דְחַמְרָא, וַעֲבֵיד בָּהּ נִיאוּפִין, וְאַסְטֵי אֲבַתְרָהּ. מָה עָבְדַת, שַׁבְקַת לֵיהּ נָאִים בְּעַרְסָא, וְסָלְקַת לְעֵילָא, וְאַלְשִׁינַת עֲלֵיהּ, וְנָטְלָא רְשׁוּ, וְנַחֲתָא, אִתְעַר הַהוּא שַׁטְיָא, וְחָשַׁב לְחַיְיכָא בַּהֲדָהּ כְּקַדְמֵיתָא, וְהִיא אַעֲדִיאַת תִּקּוּנָהָא מִינָהּ, וְאִתְהַדְּרַת גִּיבַּר תַּקִּיף קָאֵים לְקִבְלֵיהּ, לָבֵישׁ לְבוּשָׁא דְּנוּרָא מְלַהֲטָא, בִּדְחִילוּ תַּקִּיף מְרַתְתָא גַּרְמָא וְנַפְשָׁא. מַלְיָיא דְּעַיְינִין דַּחֲלָן, חַרְבָּא שְׁנָנָא בִּידֵיהּ, טִיפִּין מְרִירָן תַּלְיָין מֵהַהוּא חַרְבָּא, קָטֵיל לֵיהּ לְהַהוּא שַׁטְיָא, וְאַרְמֵי לֵיהּ לְגוֹ גֵּיהִנֹּם.

Le fou la suit, s’abreuve à sa coupe de vinaigre et fornique avec elle. Que fait-elle ? Elle le laisse s’endormir dans son lit et s’élève vers la hauteur pour le dénoncer et reçoit l’aval. Puis elle redescend. Le sot se réveille en pensant la besogner, comme avant. Mais elle a enlevé les atours et s’est transformée en un puissant oppresseur affublé d’un vêtement de feu ardent suscitant une grande horreur qui terrifie le squelette et l'âme. Cet oppresseur a des yeux abominables et une épée tranchante d’où s’écoulent des gouttes amères. L'oppresseur tue le sot et le jette dans le Guehinom.

יַעֲקֹב נָחַת לְגַבָּהּ, וַאֲזַל לְאַתְרָהּ, שֶׁנֶּאֱמַר וַיֵּלֶךְ חָרָנָה, וְחָמָא כָּל תִּקּוּן בֵּיתָא, וְאִשְׁתְּזֵיב מִינָהּ. דְּכוּרָא דִילָהּ סמא״ל, אַבְאֵישׁ קַמֵּיהּ, וְנָחַת לַאֲגָחָא בֵּיהּ קְרָבָא, וְלָא יָכֵיל לֵיהּ, דִּכְתִיב וַיֵּאָבֶק אִישׁ עִמּוֹ וגו.' כְּדֵין אִשְׁתְּזֵיב מִכֹּלָּא, וְאִשְׁתְּלֵים בִּשְׁלִימוּ, וְאִסְתַּלַּק בְּדַרְגָּא שְׁלִים, וְאִתְקְרֵי יִשְׂרָאֵל. כְּדֵין סָלֵיק בְּדַרְגָּא עִלָּאָה, וְאִשְׁתְּלֵים בְּכֹלָּא, וַהֲוָה עַמּוּדָא דְאֶמְצָעִיתָא, וַעֲלֵיהּ כְּתִיב וְהַבְּרִיחַ הַתִּכוֹן וגו.'

Jacob descendit vers elle, et se rendit chez elle, comme il est écrit : « et se dirigea vers Ħaran[20] ». Il y vit tous les atours de sa maison et se préserva d'elle. Son mâle, Samael, en fut vexé. Il descendit pour se battre avec lui, mais en vain, comme il est écrit : « et un homme lutta avec lui...[21] ». C'est ainsi qu'il fut sauvé d'eux tous. Il fut complètement accompli et s’éleva d'un degré en complétude. Et il fut appelé Israël. Il devint le Pilier du milieu, dont il est écrit : « Et la traverse du milieu...[22] ».

מַהוּ וַיִּגַּע בְּכַף יְרֵכוֹ, לֵיהּ לָא יָכִיל, אֲבָל נָגַע בְּכַף יְרֵכוֹ, דְּאִינְהוּ נָדָב וַאֲבִיהוּא, דְּנָפְקוּ מִן יַרְכוֹ דְאַהֲרֹן, וְעַל יַעֲקֹב כְּתִיב וְהַבְּרִיחַ הַתִּיכוֹן בְּתוֹךְ הַקְּרָשִׁים מַבְרִיחַ מִן הַקָּצֶה אֶל הַקָּצֶה.

Que signifie : « Il toucha le creux de sa cuisse[23] » ? Il ne pouvait rien contre lui, mais « il toucha le creux de sa cuisse », à savoir Nadab et Abihou, qui sont sortis des cuisses d'Aaron. De Jacob, il est écrit : « et la traverse centrale au milieu des planches s'étendra d’une extrémité à l'autre ».

עד כאן סתרי תורה

Fin des Sitréi Torah (Secrets de la Torah).

 

[1] Ecclésiaste 1:5.

[2] Ecclésiaste 1:2.

[3] Ecclésiaste 6:2.

[4] Ecclésiaste 6:4.

[5] Ecclésiaste 2:11.

[6] Ecclésiaste 9:6.

[7] Genèse 28: 10.

[8] Ézéchiel 1:14.

[9] Esaïe 41:8.

[10] Deutéronome 1:5.

[11] I Rois 6:38.

[12] Osée 1:2.

[13] Genèse 9:21.

[14] Genèse 12:10.

[15] Genèse 13:1.

[16] Genèse 26:1.

[17] Genèse 26:22.

[18] Genèse 28:10.

[19] Genèse 6:13.

[20] Genèse 28:10.

[21] Genèse 32:25.

[22] Exode 26:28.

[23] Genèse 32:26.