Parashah Vayéra

Zohar Vayéra -  98a / 99b

Cours du 21 octobre 2021 à 19h00, direct Youtube

Adresse de la vidéo : https://youtu.be/W5RRXmX2xLU

 


Si vous souhaitez soutenir ce projet d'étude du Séfér haZohar, il est possible d'y contribuer librement en suivant ce lien  :


Texte étudié

Traduction : Georges Lahy

Parashah Vayéra

רַבִּי חִיָּיא פָּתַח. הַנִּצָּנִים נִרְאוּ בָאָרֶץ עֵת הַזָּמִיר הִגִּיעַ וְקוֹל הַתּוֹר נִשְׁמַע בְּאַרְצֵנוּ.

[97a] Rabbi Ħiya ouvrit : « Les bourgeons se voient en terre, le temps du rossignol est arrivé, la voix de la tourterelle s’entend en notre terre[1] ».

הַנִּצָּנִים נִרְאוּ בָאָרֶץ, כַּד בְּרָא קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא עָלְמָא, יְהַב בְּאַרְעָא כָּל חֵילָא דְּאִתְחֲזֵי לָהּ. וְכֹלָּא הֲוָה בְאַרְעָא, וְלָא אֲפִיקַת אִיבִּין בְּעָלְמָא, עַד דְּאִתְבְּרֵי אָדָם, כֵּיוָן דְּאִתְבְּרֵי אָדָם, כֹּלָּא אִתְחֲזֵי בְּעָלְמָא, וְאַרְעָא גַּלִּיאַת אִיבָּהָא, וְחֵילָהָא דְּאִתְפָּקְדוּ בָה.

« Les bourgeons se voient en terre » – Lorsque le Saint, béni soit-Il, créa le monde, Il dota la terre de la puissance appropriée, de sorte que tout était « en terre ». Elle ne produisit aucun fruit dans le monde jusqu’à la création d’Adam. Dès qu’Adam fut créé, tout ce qui se trouvait dans le monde se manifesta. La terre révéla son fruit et sa puissance implantés en elle.

כְּגַוְונָא דָא, שָׁמַיִם לָא יָהֲבוּ חֵילִין לְאַרְעָא, עַד דְּאָתָא אָדָם. הה"ד, וְכֹל שִׂיחַ הַשָּׂדֶה טֶרֶם יִהְיֶה בָאָרֶץ, וְכָל עֵשֶׂב הַשָּׂדֶה טֶרֶם יִצְמָח, כִּי לֹֹא הִמְטִיר ה׳ אֱלֹהִים עַל הָאָרֶץ, וְאָדָם אַיִן לַעֲבֹד אֶת הָאֲדָמָה. אִטַּמָּרוּ כָּל אִינוּן תּוֹלָדִין וְלָא אִתְגַּלּוּן, וּשְׁמַיָא אִתְעַכָּבוּ, דְּלָא אַמְטִירוּ עַל אַרְעָא, בְּגִין דְּאָדָם אַיִן, דְּלָא אִשְׁתְּכַח, וְלָא אִתְבְּרֵי, וְכֹלָּא אִתְעַכַּב בְּגִינֵיהּ, כֵּיוָן דְּאִתְחֲזֵי אָדָם, מִיָּד הַנִּצָּנִים נִרְאוּ בָאָרֶץ, וְכָל חַיָילִין דְּאִתְטַמָּרוּ, אִתְגַּלִּיאוּ וְאִתְיְהִיבוּ בָהּ.

De même, les cieux n’ont donné aucun pouvoir à la terre jusqu’à la venue d’Adam, comme il est écrit : « Aucune herbe des champs n’avait encore poussé, car Yhwh-Élohim n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et ‘Adam néant’ (Adam-éin) pour ouvrager l’Adamah[2] ». Tous les produits et les progénitures étaient cachés. Ils ne se dévoilaient pas. Les cieux étaient empêchés de verser la pluie sur la terre, car l’Adam était néant (éin). Parce qu’il n’avait pas encore été créé, la révélation de toutes choses était retardée. Mais dès Qu’Adam apparut, « Les bourgeons se virent en terre ». Toutes les forces cachées et occultées furent révélées en elle.

עֵת הַזָּמִיר הִגִּיעַ, דְּאִתְתַּקַּן תִּקּוּנָא דְּתוּשְׁבְּחָן לְזַמְּרָא קַמֵּי קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, מַה דְּלָא אִשְׁתְּכַח עַד לָא אִתְבְּרֵי אָדָם.

« Le temps du rossignol est arrivé », des louanges se structurèrent pour agrémenter un chant devant le Saint, béni soit-Il. Cela ne se faisait pas avant la création d’Adam.

וְקוֹל הַתּוֹר נִשְׁמַע בְּאַרְצֵנוּ. דָּא מִלָּה דְּקֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, דְּלָא אִשְׁתְּכַח בְּעָלְמָא, עַד דְּאִתְבְּרֵי אָדָם, כֵּיוָן דְּאִשְׁתְּכַח אָדָם כֹּלָּא אִשְׁתְּכַח.

« La voix de la tourterelle s’entend en notre terre ». C’est le Verbe du Saint, béni soit-il, [97b] qui n’existait pas dans le monde avant la création d’Adam. Mais dès qu’Adam est apparu, tout est apparu.

בָּתַר דְּחָטָא, כֹּלָּא אִסְתַּלַּק מֵעָלְמָא, וְאִתְלַטְיָא אַרְעָא. הה״ד אֲרוּרָה הָאֲדָמָה בַּעֲבוּרֶךָ וגו׳. וּכְתִיב כִּי תַעֲבֹד אֶת הָאֲדָמָה לֹא תֹסֵף תֵּת כֹּחָהּ לָךְ וגו’. וּכְתִיב וְקוֹץ וְדַרְדַּר תַּצְמִיחַ לָךְ.

Après le péché, tout a disparu du monde, et la terre a été maudite, comme il est écrit : « l’Adamah sera maudite à cause de toi[3] », « Quand tu serviras l’Adamah, elle ne te donnera plus sa force…[4] » et « Elle produira aussi des épines et des ronces pour toi[5] ».

אָתָא נֹחַ וְתִקֵּן קַרְדּוּמִין וּפְצִירֵי בְּעָלְמָא. וּלְבָתַר וַיֵּשְׁתְּ מִן הַיַּיִן וַיִּשְׁכָּר וַיִּתְגַּל בְּתוֹךְ אָהֳלֹה. אָתוּ בְּנֵי עָלְמָא וְחָבוּ קַמֵּיהּ דְּקֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, וְאִסְתַּלָּקוּ חֵילִין דְּאַרְעָא כְּמִלְּקַדְּמִין, וַהֲווֹ קָיְימֵי עַד דְּאָתָא אַבְרָהָם. כֵּיוָן דְּאָתָא אַבְרָהָם, מִיָּד הַנִּצָּנִים נִרְאוּ בָאָרֶץ, אִתְתַּקָּנוּ וְאִתְגָּלוּ כָּל חֵילִין בְּאַרְעָא.

Vint Noé – Il prépara des bêches et des houes dans le monde. Mais ensuite, « il but du vin et s’enivra, et il se découvrit au milieu de sa tente[6] ». Plus tard, les fils du monde fautèrent devant le Saint, béni soit-Il. Les puissances de la terre disparurent à nouveau. Et il en fut ainsi jusqu’à la venue d’Abraham. Dès que vint Abraham, « les bourgeons se virent en terre ». Furent restaurées et révélées toutes les forces « en terre ».

עֵת הַזָּמִיר הִגִּיעַ, בְּשַׁעֲתָא דַּאֲמַר לֵיהּ קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא דְּיִתְגְּזָר, כֵּיוָן דְּמָטָא הַהוּא זִמְנָא, דִּבְרִית, אִשְׁתְּכַח בֵּיהּ בְּאַבְרָהָם, וְאִתְגְּזַר. כְּדֵין אִתְקַיַּים בֵּיהּ, כָּל הַאי קְרָא, וְאִתְקַיַּים עָלְמָא, וּמִלָּה דְּקֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא הֲוָה בְּאִתְגַּלְּיָיא בֵּיהּ, הה״ד וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳.

« Le temps du rossignol (de la taille) est arrivé » - Au moment où le Saint, béni soit-Il, lui a dit de se circoncire. Ainsi, le temps fut venu pour que l’alliance apparaisse en Abraham et qu’il se circoncit. Ce n’est qu’à ce moment-là que le verset s’est accompli à travers lui, et que le Verbe du Saint, béni soit-Il, fut révélé en lui. Comme il est écrit : « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh[7] ».

רַבִּי אֶלְעָזָר פְּתַח, הַאי קְרָא בָּתַר דְּאִתְגְּזַר אַבְרָהָם, דְּעַד לָא אִתְגְּזַר לָא הֲוָה מַלֵּיל עִמֵּיהּ, אֶלָּא מִגּוֹ דַּרְגָּא תַּתָּאָה, וְדַרְגִּין עִלָּאִין לָא הֲווֹ קָיְימֵי, עַל הַהִיא דַּרְגָּא. כֵּיוָן דְּאִתְגְּזַר, מִיָּד הַנִּצָנִים נִרְאוּ בָאָרֶץ, אִלֵּין דַּרְגִּין תַּתָּאִין דַּאֲפֵיקַת וְאַתְקֵינַת הַאי דַּרְגָּא תַּתָּאָה.

Rabbi Élâzar ouvrit – Ce sont des événements après la circoncision d’Abraham. Avant la circoncision, le Saint, béni soit-Il, ne lui parlait qu’à travers le degré inférieur, les degrés supérieurs n’étaient pas dressés sur ce degré. Dès qu’il fut circoncis, « les bourgeons se virent en terre ». Ce sont les degrés inférieurs, amenés et établis par le degré inférieur.

עֵת הַזָּמִיר הִגִּיעַ אִלֵּין עַנְפּוֹי דְּעָרְלָה. וְקוֹל הַתּוֹר נִשְׁמַע בְאַרְצֵנוּ. דָּא קוֹל דְּנָפֵיק מִגּוֹ הַהוּא פְּנִימָאָה דְּכֹלָּא, וְהַהוּא קוֹל נִשְׁמַע, וְדָא קוֹל דְּגָזַר מִלָּה לְמַלָּלָא וְעָבֵיד לָהּ שְׁלִימוּ.

« Le temps du rossignol (de la taille) est arrivé », c’est le temps de l’élagage des branches du prépuce. « La voix de la tourterelle s’entend en notre terre », c’est la voix qui vient de l’aspect [98a] le plus intime de tous. Ainsi, cette voix « est entendue », ce qui signifie que c’est la voix qui transforme la parole pour parler et œuvrer à sa plénitude.

תָּא חֲזֵי, דְּעַד לָא אִתְגְּזַר אַבְרָהָם, לָא הֲוָה עֲלֵיהּ, אֶלָּא הַאי דַרְגָּא כִּדְאֲמָרָן, כֵּיוָן דְּאִתְגְּזַר, מַה כְּתִיב, וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳. לְמַאן, דְּהָא לָא כְתִיב, וַיֵּרָא ה׳ אֶל אַבְרָם. דְּאִי לְאַבְרָם, מַאי שִׁבְחָא הָכָא יַתִּיר, מִבְּקַדְמֵיתָא עַד לָא אִתְגְּזַר, דִּכְתִיב וַיֵּרָא ה׳ אֶל אַבְרָם.

Viens et vois – Tant qu’Abraham n’était pas circoncis, seul ce degré était sur lui, comme nous l’avons expliqué. Mais après qu’il fut circoncis, il est écrit : « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh [8] ». Mais il n’est pas mentionné à qui, parce qu’il n’est pas écrit : « Yhwh se fit voir à Abraham[9] ». Si c’était « à Abraham », alors quelle plus grande sorte de louange y aurait-il que celle qui existait avant sa circoncision ? Car même pour cette époque, il est écrit : « Et Yhwh apparut à Abram[10] ».

אֶלָא, רָזָא סְתִימָא אִיהוּ, וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳. לְהַהוּא דַרְגָא דְּמַלֵּיל עִמֵּיהּ, מַה דְּלָא הֲוָה מִקַּדְמַת דְּנָא, עַד דְּלָא אִתְגְּזַר. דְּהַשְׁתָּא, אִתְגְּלֵי קוֹל, וְאִתְחַבַּר בְּדִבּוּר, כַּד מַלֵּיל עִמֵּיהּ.

 Ceci est un secret occulte. « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh » – Il est apparu à ce degré qui lui a parlé. Cela ne s’était pas produit avant, tant qu’il n’était pas circoncis. Alors la voix se révéla et s’associa au Verbe, pour parler avec lui.

וְהוּא יוֹשֵׁב פֶּתַח הָאֹהֶל. וְהוּא, וְלֹא גָּלֵי מַאן. אֶלָּא, הָכָא גָּלֵי חָכְמְתָא, דְּכָלְהוֹ דַּרְגִּין שְׁרוֹ עַל הַאי דַּרְגָּא תַּתָּאָה, בָּתַר דְּאִתְגְּזַר אַבְרָהָם.

« Il était assis à l’ouverture de la tente[11] » – « Il » (hou), ne l’identifie pas. Cela révèle la Sagesse, tous les degrés reposaient sur ce degré inférieur après qu'Abraham se fut circoncis.

תָּא חֲזֵי, וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳. דָּא הוּא רָזָא דְּקוֹל דְּאִשְׁתְּמַע, דְּאִתְחַבַּר בְּדִבּוּר, וְאִתְגְּלֵי בֵיהּ.

Viens et vois – « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh ». C'est le secret de la voix qui est entendue, attachée au discours (dibbour), et qui se révèle à travers elle.

וְהוּא יוֹשֵׁב פֶּתַח הָאֹהֶל. דָּא עָלְמָא עִלָּאָה, דְּקָאֵים לְאַנְהָרָא עֲלֵיהּ.

« Il était assis à l’ouverture de la tente[12] » – C’est le monde supérieur qui se dresse au-dessus de lui pour l’illuminer.

כְּחוֹם הַיּוֹם. דְּהָא אִתְנְהֵיר יְמִינָא, דַּרְגָּא דְאַבְרָהָם אִתְדַּבַּק בֵּיהּ. דָּבָר אֲחֵר כְּחוֹם הַיּוֹם. בְּשַׁעֲתָא דְּאִתְקְרֵיב דַּרְגָּא לְדַרְגָּא, בְּתֵיאוּבְתָּא דְּדָא לָקֳבֵל דָּא

« À la chaleur du jour[13] », c’est-à-dire que la droite s’illumine. Le degré d’Abraham adhère en lui. Autre parole – « À la chaleur du jour », à ce moment un degré s'approche d'un autre degré avec grand désir.

וַיֵּרָא אֵלָיו. אָמַר רַבִּי אַבָּא, עַד לָא אִתְגְּזַר אַבְרָהָם, הֲוָה אָטִים. כֵּיוָן דְּאִתְגְּזַר, אִתְגְּלֵי כֹלָּא, וּשְׁרָא עֲלֵיהּ שְׁכִינְתָּא בִּשְׁלִימוּ כִּדְקָא יָאוֹת.

« Il vit (vayéra) sur lui » – Rabbi Abba dit : Avant qu'Abraham ne soit circoncis, il était clos. Dès qu'il fut circoncis, tout s’est révélé. La Shekhinah reposa sur lui en en plénitude, comme il se doit.

תָּא חֲזֵי. וְהוּא יוֹשֵׁב פֶּתַח הָאֹהֶל. וְהוּא: דָּא עָלְמָא עִלָּאָה, דְּשָׁרֵי עַל הַאי עָלְמָא תַּתָּאָה, אֵימָתַי, כְּחוֹם הַיּוֹם. בְּזִמְנָא דְּתֵיאוּבְתָּא דְּחַד צַדִּיק לְמִישְׁרֵי בֵיהּ.

Viens et vois. « Il était assis à l’ouverture de la tente[14] ». « Il » (hou), c’est le monde supérieur qui repose sur le monde inférieur. Quand ça ? « À la chaleur du jour », quand le désir d'un juste s’affirme en lui.

מִיָּד, וַיִּשָּׂא עֵינָיו וַיַּרְא וְהִנֵּה שְׁלֹשָׁה אֲנָשִׁים נִצָּבִים עָלָיו, מַאן אִינוּן שְׁלֹשָׁה אֲנָשִׁים. אִלֵּין אַבְרָהָם יִצְחָק וְיַעֲקֹב, דְּקָיְימֵי עֲלֵיהּ דְּהַאי דַרְגָּא, וּמִנַּיְיהוּ יָנִיק וְאִתְּזָן.

Immédiatement, « Il décille ses yeux, et voit (vayare). Et voici, trois humains debout sur lui (alaïv)[15] ». Qui sont ces trois humains ? Ce sont Abraham, Isaac et Jacob qui se dressent au-dessus de ce degré, dont il tire sa subsistance [99a] et sa nourriture.

כְּדֵין וַיַּרְא וַיָּרָץ לִקְרָאתָם. דְּתֵיאוֹבְתָּא דְּהַאי דַרְגָּא תַּתָּאָה לְאִתְחַבְּרָא בְּהוֹ וְחֶדְוָותָא דִּילָהּ לְאִתְמַשְּׁכָא אֲבַתְרַיְיהוּ.

Ensuite, « Il voit (vayare) et pulse pour les appeler[16] », parce que le désir passionné du degré inférieur est de se connecter à eux. Sa joie est d'être attiré vers eux.

וַיִשְׁתָּחוּ אַרְצָה. לְאִתְתַּקְּנָא כָּרְסְיָיא לְגַבַּיְיהוּ.

« Et se prosterna en terre[17] », pour préparer un trône pour eux.

תָּא חֲזֵי, עֲבַד קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא לְדָוִד מַלְכָּא חַד סַמְכָא מִכָּרְסְיָיא עִלָּאָה, כַּאֲבָהָן. וְאַף עַל גָּב דְּאִיהוּ כָּרְסְיָיא לְגַבַּיְיהוּ, אֲבָל, בְּזִמְנָא דְּאִתְחַבַּר בְּהוֹ, אִיהוּ חַד סַמְכָא, לְאִתְתַּקְּנָא בְּכָרְסְיָיא עִלָּאָה. וּבְגִין כָּךְ, נְטַל מַלְכוּתָא בְּחֶבְרוֹן, דָּוִד מַלְכָּא, שְׁבַע שְׁנִין, לְאִתְחַבְּרָא בְּהוֹ. וְהָא אִתְּמָר.

Viens et vois. Le Saint, béni soit-Il, a fait du roi David un soutien du Trône suprême, comme pour les patriarches. Bien qu’il [David] soit un trône pour eux [patriarches], comment peut-on dire qu’il a été placé au même niveau qu’eux pour compléter le quatrième soutien du trône ? Il n'en est ainsi que lorsqu’il est uni à eux dans le but d'être un soutien du trône suprême. Le roi David a reçu la royauté en Hébron pendant sept ans pour cette raison, afin d’être uni être à eux. Ceci a déjà été dit.

תּוֹסֶפְתָּאSupplément

 וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳ בְּאֵלוֹנֵי מַמְרֵא. אַמַּאי בְּאֵלוֹנֵי מַמְרֵא, וְלָא בַּאֲתַר אָחֳרָא. אֶלָּא, בְּגִין דְּיָהִיב לֵיהּ עֵיטָא, עַל גְּזִירוּ דִּקְיָימָא דִילֵיהּ. בְּשַׁעֲתָא דַּאֲמַר קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא לְאַבְרָהָם לְמִגְזַר, אֲזַל אַבְרָהָם לִימָּלֵךְ עִם חַבְרוֹי, אֲמַר לֵיהּ עָנֵר, אַנְתְּ בֶּן תִּשְׁעִין שְׁנִין וְאַתְּ מֵעִיק גַּרְמָךְ.

[98b] « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh dans les chênes de Mamré » – Pourquoi « dans les chênes de Mamré » et pas dans un autre endroit ? Parce que Mamré lui a prodigué de bons conseils pour être circoncis. Lorsque le Saint, béni soit-Il, dit à Abraham de se circoncire, celui-ci consulta ses amis. Ânar lui dit : « Tu as plus de quatre-vingt-dix ans, et cela te sera douloureux ».

אָמַר לוֹ מַמְרֵא, דְּכַרְתְּ יוֹמָא דְּרָמוֹ לָךְ כַּשְּׁדָאֵי בְּאַתּוּן דְּנוּרָא. וְהַהוּא כַּפְנָא דַּעֲבַר עַל עָלְמָא, דִּכְתִיב וַיְהִי רָעָב בָּאָרֶץ וַיֵּרֶד אַבְרָם מִצְרָיְמָה. וְאִינוּן מַלְכִין דִּרְדָּפוּ בַּתְרֵיהוֹן, וּמָחִית יַתְהוֹן, וְקֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא שֵׁזְבִינָךְ מִכֹּלָּא, וְלָא יָכִיל בַּר נָשׁ לְמֶעְבַּד לָךְ בִּישׁ. קוּם עֲבֵיד פִּקּוּדָא דְמָרָךְ. אָמַר לוֹ קֻדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא: מַמְרֵא. אַנְתְּ יְהַבְתְּ לֵיהּ עֵיטָא לְמִגְזַר, חַיֶּיךָ, לֵית אֲנָא מִתְגַּלֵּי עֲלֵיהּ אֶלָּא בְּפַלְטְרִין דִּילָךְ, הה״ד בְּאֵלוֹנֵי מַמְרֵא.

Mamré lui dit : « N'oublie pas le jour où les Chaldéens t'ont jeté dans la fournaise de feu et où la famine s'est emparée du monde », comme il est écrit : « Et il y eut une famine dans le pays et Abram descendit en Égypte[18] ». Et tu as battu tous ces rois que tu as victorieusement poursuivis. Le Saint, béni soit-Il, t'a sauvé d'eux tous, de sorte que nul ne pouvait te faire de mal. Alors lève-toi et accomplis le précepte de ton Maître ». Le Saint, béni soit-Il, dit : Mamré, tu lui as conseillé d'accomplir la circoncision. Par ta vie ! Je ne me révélerai sur lui que dans ton palais. C'est pourquoi il est écrit : « Dans les chênes de Mamré ».

עַד כָּאן

Point final.

מִדְרָשׁ הַנֶּעֱלָם

Midrash hanéêlam (Interprétation ésotérique)

רַבָּנָן פָּתְחֵי בְּהַאי קְרָא, לְרֵיחַ שְׁמָנֶיךָ טוֹבִים שֶׁמֶן תּוּרַק שְׁמֶךָ וגו׳. ת״ר הַאי נִשְׁמָתָא דְּבַר אֵינָשׁ, בְּשַׁעֲתָא דְּסָלְקָא מֵאַרְעָא לִרְקִיעָא, וְקָיְימָא בְּהַהוּא זִיהֲרָא עִלָּאָה דַּאֲמָרָן, קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא מְבַקֵּר לָהּ.

[97a] Les maitres ouvrent ce passage – « À l’odeur, tes huiles sont bonnes, ton Nom est une huile répandue[19] ». Nos maîtres ont enseigné que lorsque l'âme humaine s'élève de la terre vers le firmament, elle se tient dans la brillance suprême. Le Saint, béni soit-Il, la visite.

ת״ש. אָמַר רָבִּי שִׁמְעוֹן בֶּן יוֹחָאי, כָּל נִשְׁמָתָא דְּצַדִּיקַיָּיא, כֵּיוָן דְּקָיְימָא בַּאֲתַר שְׁכִינְתָּא יְקָרָא, דְּחָזְיָא לְמֵיתַב, קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא קָרֵי לַאֲבָהָתָא, וַאֲמַר לוֹן, זִילוּ וּבַקְּרוּ לִפְלַנְיָא צַדִּיקָא דְּאָתָא, וְאַקְדִּימוּ לֵיהּ שְׁלָמָא, מִן שְׁמִי. וְאִינוּן אָמְרִין, מָארֵי עָלְמָא, לָא אִתְחֲזֵי, לְאַבָּא לְמֵיזַל לְמֵיחֱמֵי לִבְרָא, בְּרָא אִתְחֲזֵי לְמֵיחֱמֵי, וּלְמֶחֱזֵי, וּלְמִתְבַּע לַאֲבוֹי.

Viens et écoute. Rabbi Shimon bén Yoħaï dit : Lorsque l'âme d'une personne juste se tient à l'endroit où séjourne la Shekhinah de Sa Gloire où elle est digne de résider, le Saint, béni soit-Il, appelle les patriarches, et leur dit : « Allez rendre visite à untel, le juste qui est venu, et accueillez-le en paix en Mon Nom ». Et ils répondent en disant : « Maître du monde, il n'est pas convenable pour un père d'aller rendre visite à son enfant, mais l'enfant doit plutôt chercher son père pour le voir.

והוּא קָרֵי לְיַעֲקֹב וְאָמַר לֵיהּ אַנְתְּ דְּהֲוָה לָךְ צַּעֲרָא דִּבְנִין זִיל וְקַבִּיל (אולפניה) פְּנִי דִּפְלַנְיָא צַּדִּיקָא דְּאָתָא הָכָא, ואֲנָא אֵיזִיל עִמָּךְ. הֲדָא הוּא דִכְתִיב, מְבַקְּשֵׁי פָנְיךָ יַעֲקֹב סֶלָּה. מְבַקֵּשׁ לֹא נֶאֱמַר אֶלָּא מְבַקְּשֵׁי. אָמַר רַבִּי חִיָּיא מֵרֵישֵׁיהּ דִּקְרָא מַשְׁמַע דִּכְתִיב זֶה דּוֹר דּוֹרְשָׁיו וְגו'.

Hou (Lui) appelle Jacob et lui dit : « Toi qui as souffert de la douleur d'élever des enfants, va accueillir untel, le juste qui est venu ici, et je t'accompagnerai », comme il est écrit : « Ceux qui recherchent ta face, Jacob, Sélah[20] ». Il n'est pas dit « recherchent » au singulier, mais au pluriel. Rabbi Ħiyya a dit : Nous comprenons cela de la première partie du verset. Comme il est écrit : « Telle est la génération de ceux qui le recherchent », cela nous enseigne que l'intention du verset fait allusion aux âmes des justes, les chercheurs, à savoir les dirigeants de la génération.

אָמַר רַבִּי יַעֲקֹב אָמַר רַבִּי חִיָּיא (נ״א עקיבא) יַעֲקֹב אָבִינוּ הוּא כִּסֵּא הַכָּבוֹד, וְכֵן תָּאנָא דְּבֵי אֵלִיָּהוּ יַעֲקֹב אָבִינוּ הוּא כִּסֵּא בִּפְנֵי עַצְּמוֹ, דִּכְתִיב, וְזָכַרְתִּי אֶת בְּרִיתִי יַעֲקוֹב, בְּרִית כָּרַת קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא לְיַעֲקֹב לְבַדּוֹ יוֹתֵר מִכָּל אֲבוֹתָיו דְּעֲבִיד לֵיהּ כִּסֵּא הַכָּבוֹד. בַּר מִן קַדְמָאָה:

Rabbi Yaâqov dit au nom de Rabbi Ħiyya : Jacob, notre père, est un Trône de Gloire. Et les enseignements d’Élie affirment également que Jacob, notre père, est un Trône en son essence, comme il est écrit : « Alors je me souviendrai de mon alliance avec Jacob[21] ». Le Saint, béni soit-Il, a établi une alliance avec Jacob seul, plus qu’avec tous ses pères. [97b] Il lui a fait un Trône de Gloire qui le distingue de ses prédécesseurs.

רַבִּי אֱלִיעֶזֶר הֲוָה יָתִיב וְהֲוָה לָעֵי בְּאוֹרַיְיתָא. אֲתָא לְגַבֵּיהּ רַבִּי עֲקִיבָא אָמַר לֵיהּ בְּמַאי קָא עָסִיק מַר. אָמַר לֵיהּ בְּהַאי קְרָא דִּכְתִיב, וכִסֵּא כָבוֹד יַנְחִילֵם. מַהוּ כִּסֵּא כָבוֹד יַנְחִילֵם. זֶה יַעֲקֹב אָבִינוּ דְּעֲבִיד לֵיהּ כָּרְסֵי יְקָר בִּלְחוֹדוֹי לְקַבָּלָא אוּלְפַן נִשְׁמָתָא דְּצַּדִּיקַיָא. וְקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא אָזִיל עִמֵּיהּ בְּכָל רֵישׁ יַרְחָא וְיַרְחָא. וכַד חָמֵי נִשְׁמָתָא יְקַר אַסְפַּקְלַרְיָאה שְׁכִינְתָּא דְמָארֵיהּ, מְבָרְכַת וְסָגְדַת קַמֵּי קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, הֲדָא הוּא דִכְתִיב, בָּרְכִי נַפְשִׁי וְגו'.

Rabbi Éliêzér était assis et étudiait la Torah lorsque Rabbi Aqiva arriva. Il lui dit : Maître, qu'est-ce que tu étudies ? Il répondit : Le verset où il est écrit : « Et il leur donne en héritage un Trône de Gloire[22] ». Que signifie « En héritage un Trône de Gloire » ? Il s'agit de Jacob, notre père, pour qui il a fait un Trône de Gloire par lui-même, afin de recevoir l’enseignement pour les âmes des justes. Le Saint, béni soit-Il, va avec lui le premier début de lune. Lorsque l'âme voit la gloire du miroir, qui est la Shekhinah du Maître, elle le loue et s’incline devant le Saint, béni soit-Il. Il est écrit : « Mon âme, bénis Yhwh ![23] ».

אָמַר רַבִּי עֲקִיבָא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא קָאִים עֲלוֹהִי. וְנִשְׁמָתָא פָּתַח וְאָמַר יְיָ אֱלהֵי גָּדַלְתָּ מְאֹד וְגו' כָּל הַפָּרָשָׁה עַד סִיּוּמָא דְּקָאָמַר יִתַּמּוּ חַטָאִים וְגו'. וְעוֹד אָמַר רַבִּי עֲקִיבָא וְלָא דָא בִּלְחוֹדוֹי אֶלָּא מְשַׁבַּחַת לֵיהּ עַל גּוּפָא דְּאִשְׁתָּאַר בְּעָלְמָא דֵין וְאָמַר בָּרְכִי נַפְשִׁי אֶת יְיָ וְכָל קְרָבַי וְגו'.

Rabbi Aqiva dit : Le Saint, béni soit-Il, se tient au-dessus d’elle. L'âme ouvre et dit : « Yhwh mon Élohéi, Tu es très grand[24]... », puis elle continue avec tous les versets jusqu'à la fin : « Que les pécheurs disparaissent de la terre[25]... ». Rabbi Aqiva poursuit : En plus de cela, elle loue le Saint, béni soit-Il, le remercie pour le corps qui reste dans ce monde-ci, et dit : « Mon âme, bénis Yhwh ! Et que tout ce qui est au dedans de moi, bénisse son saint Nom[26] ».

וְקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא אָזֵיל. מְנָא לָן הַאי. מֵהַאי קְרָא דִּכְתִיב, וַיֵּרָא אֵלָיו ה’ בְּאֵלוֹנֵי מַמְרֵא, זֶה יַעֲקֹב. מַהוּ מַמְרֵא. מִשּׁוּם דְּאַחְסִין מָאתָן עָלְמִין מֵעֵדֶן, וְהוּא כִּסֵּא.

Le Saint, béni soit-Il, part [avec Jacob]. Comment savons-nous cela ? Grâce au verset où il est écrit : « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh dans les chênes de Mamré ». C’est Jacob. Pourquoi Mamré ? Parce que Jacob a hérité des deux cents mondes d’Eden, et qu’il est un Trône.

אָמַר רָבִּי יִצְחָק, מַמְרֵא בְּגִימַטְרִיָּא מָאתָן וּתְמַנִין וְחַד, הֲוָה מָאתָן דְּעֵדֶן, דִּכְתִיב וּמָאתַיִם לַנּוֹטְרִים אֶת פִּרְיוֹ, וּתְמַנִּין וְחַד, דְּהוּא כַּסָּא. וּבְגִין כָּךְ אִתְקְרֵי וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳ בְּאֵלוֹנֵי מַמְרֵא. וְעַל שׁוּם דָּא, נִקְרָא מַמְרֵא.

Rabbi Yitsħaq dit : La guimatria de Mamré est 281. Il y a donc les deux cents mondes d'Eden, comme il est écrit : « et ceux qui en gardent le fruit : deux cents[27] ». Le nombre 81 restant désigne le Trône (Kissé [כִּסֵּא]). Pour cette raison, « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh dans les chênes de Mamré ». Et pour cette raison, [Jacob] est appelé Mamré.

אָמַר רַבִּי יְהוּדָה מַהוּ בְּאֵלוֹנֵי. רְצּוֹנוֹ לוֹמַר תּוּקְפּוֹי הֲדָא הוּא דִכְתִיב, אֲבִיר יַעֲקֹב. וְהוּא יוֹשֵׁב פֶּתַח הָאֹהֶל. הֲדָא הוּא דִכְתִיב, יְיָ מִי יָגוּר בְּאָהֳלֶךָ וְגו'. כְּחוֹם הַיּוֹם. דִּכְתִיב, וְזָרְחָה לָכֶם יִרְאֵי שְׁמִי שֶׁמֶשׁ צְּדָקָה וּמַרְפֵּא בִּכְנָפֶיהָ.

Rabbi Yehoudah dit : Quel est le sens de « dans les chênes » [אֵלוֹנֵי] ? Cela veut dire : « sa puissance », comme il est écrit : « Puissance de Jacob[28] ». « Assis à l’ouverture de la tente[29] » se rapporte à ce qui est écrit : « Yhwh, Qui (Mi) séjournera dans ta tente ? …[30] ». « À la chaleur du jour[31] » est conforme à ce qui est écrit : « Mais pour vous qui craignez Mon Nom se lèvera le soleil de justice, la guérison sera dans ses ailes[32] ».

אָמַר רַבָּן יוֹחָנָן בֶּן זַכַּאי, בְּהַהִיא שַׁעֲתָא אָזֵיל קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, וּבְגִין דְּשָׁמְעִין אַבָהָתָא אַבְרָהָם וְיִצְחָק, דְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא אָזֵיל לְגַבֵּיהּ, תָּבְעִין מִן יַעֲקֹב לְמֵיזַל עִמְּהוֹן, וּלְאַקְדָּמָא לֵיהּ שְׁלָם.

Rabbi Yoħanan ben Zakaï dit : À ce moment-là, le Saint, béni soit-il, se met en marche. Lorsque les patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, entendent qu’il se dirige vers [l'âme], ils demandent à Jacob de les accompagner et d'accueillir [l'âme] en paix.

וְאִינוּן קָיְימִין עֲלוֹהִי. מִמַּאי. דִּכְתִיב, וַיִּשָּׂא עֵינָיו וַיַּרְא וְהִנֵּה שְׁלֹשָׁה אֲנָשִׁים נִצָּבִים עָלָיו. שְׁלֹשָׁה אֲנָשִׁים: אִלֵּין אֲבָהָתָא, אַבְרָהָם יִצְחָק וְיַעֲקֹב, דְּקָיְימִין עֲלוֹהִי, וְחָמוּ עוֹבָדִין טָבִין דְּעָבְדִין. וַיַּרְא וַיָּרָץ לִקְרָאתָם מִפֶּתַח הָאֹהֶל וַיִּשְׁתַּחוּ אָרְצָה. מִשּׁוּם דְּחָמֵי שְׁכִינַת יְקָרָא עִמְהוֹן. הה״ד, עַל כֵּן עֲלָמוֹת אֲהֵבוּךָ.

Ils se tiennent au-dessus d’elle, comme il est écrit : « Il décille ses yeux et voit. Voici que trois humains positionnés au-dessus de lui ». Les « trois humains » sont les patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, qui se tenaient au-dessus de lui, observant les bonnes actions accomplies. « ...Et quand il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’ouverture de la tente, et se prosterna à terre », car il vit la Shekhinah de Sa gloire avec eux. C'est pourquoi il est écrit : « ... c'est pourquoi les jeunes filles (âlamoth = mondes) t'aiment[33] ».

דָּבָר אַחֵר, וַיֵּרָא אֵלָיו ה’ בְּאֵלוֹנֵי מַמְרֵא. רַבָּנָן פָּתְחֵי בְּהַאי קְרָא, בִּשְׁעַת פְּטִירָתוֹ שֶׁל אָדָם. דְּתַנְיָא, אָמַר רַבִּי יְהוּדָה, בִּשְׁעַת פְּטִירָתוֹ שֶׁל אָדָם, הוּא יוֹם הַדִּין הַגָּדוֹל, שֶׁהַנְּשָׁמָה מִתְפָּרֶדֶת מִן הַגּוּף. וְלֹא נִפְטַר אָדָם מִן הָעוֹלָם, עַד שֶׁרוֹאֶה אֶת הַשְּׁכִינָה. הה״ד, כִּי לֹא יִרְאַנִּי הָאָדָם וָחָי. וּבָאִין עִם הַשְּׁכִינָה שְׁלֹשָׁה מַלְאֲכֵי הַשָּׁרֵת, לְקַבֵּל נִשְׁמָתוֹ שֶׁל צַדִּיק. הה״ד וַיֵּרָא אֵלָיו ה׳ וגו׳. כְּחוֹם הַיּוֹם. זֶה יוֹם הַדִּין הַבּוֹעֵר כַּתַּנּוּר, לְהַפְרִיד הַנְּשָׁמָה מִן הַגּוּף.

Une autre explication. « Il vit (vayéra) sur lui Yhwh dans les chênes de Mamré ». Nos maîtres ont interprété ce verset par rapport au moment de la disparition de l’homme (Adam). Nous avons appris que Rabbi Yehoudah a dit que le moment de la disparition (mort) de l’homme (Adam), est le jour du Grand Jugement, où l'âme est séparée du corps. L’homme ne quitte pas le monde avant d'avoir vu la Shekhinah, comme il est écrit : « ... car l'homme ne peut me voir (vayéra) et vivre[34] ». Et trois anges de service accompagnent la Shekhinah pour accueillir l'âme du Juste, comme il est écrit : « Il vit sur lui Yhwh ... dans la chaleur du jour ». C'est le jour du jugement qui brûle tel un four, afin de séparer l'âme du corps.

וַיִּשָּׂא עֵינָיו וַיַּרְא וְהִנֵּה שְׁלֹשָׁה אֲנָשִׁים. הַמְבַקְּרִים מַעֲשָׂיו מַה שֶּׁעָשָׂה, וְהוּא מוֹדֶה עֲלֵיהֶם בְּפִיו. וְכֵיוָן שֶׁהַנְּשָׁמָה רוֹאָה כָּךְ, יוֹצֵאת מִן הַגּוּף, עַד פֶּתַח בֵּית הַבְּלִיעָה, וְעוֹמֶדֶת שָׁם, עַד שֶׁמִּתְוַדָּה, כָּל מַה שֶּׁעָשָׂה הַגּוּף עִמָּהּ, בָּעוֹלָם הַזֶּה. וְאָז נִשְׁמַת הַצַּדִּיק, הִיא שְׂמֵחָה בְּמַעֲשֶׂיהָ, וּשְׂמֵחָה עַל פִּקְדוֹנָהּ. דְּתָאנָא, אָמַר רָבִּי יִצְחָק, נִשְׁמָתוֹ שֶׁל צַדִּיק מִתְאַוָּה, אֵימָתַי תֵּצֵא מִן הָעוֹלָם הַזֶּה, שֶׁהוּא הֶבֶל, כְּדֵי לְהִתְעַנֵּג בָּעוֹלָם הַבָּא.

« Il décille ses yeux et voit : Voici trois humains positionnés au-dessus de lui », fait référence à ceux qui examinent ses actes lorsqu'il les confesse avec sa bouche. Lorsque l'âme voit cela, elle sort du corps et atteint le pharynx (litt. maison de l’absorption), où elle reste jusqu'à ce qu'elle confesse et redise tout ce que le corps a fait avec elle dans ce monde-ci. L'âme du juste, elle, est joyeuse de son œuvre, et elle est joyeuse de sa charge. Nous avons appris d’une Mishnah que Rabbi Yitsħaq a dit : « L'âme du juste ressent un grand désir pour le moment où elle quittera ce monde-ci, qui est futile, pour accéder au délice du Monde-à-venir ! ».

 

[1] Cantique des Cantiques 2:12.

[2] Genèse 2:5.

[3] Genèse 3:17.

[4] Genèse 4:12.

[5] Genèse 3:18.

[6] Genèse 9:21.

[7] Genèse 18:1.

[8] Genèse 18:1.

[9] Genèse 18:1.

[10] Genèse 12:7.

[11] Genèse 18:1

[12] Genèse 18:1

[13] Genèse 18:1

[14] Genèse 18:1

[15] Genèse 18:2

[16] Genèse 18:2.

[17] Genèse 18:2.

[18] Genèse 12:10

[19] Cantique des Cantiques 1:3.

[20] Psaumes 24:6

[21] Lévitique 26:42.

[22] 1 Samuel 2:8.

[23] Psaumes 104:1.

[24] Idem.

[25] Psaumes 104:35.

[26] Psaumes 103:1

[27] Cantique des Cantiques 8:12.

[28] Genèse 49:24.

[29] Genèse 18:1.

[30] Psaumes 15:1.

[31] Genèse 18:1

[32] Malachie 3:20.

[33] Cantique des Cantiques 1:3.

[34] Exode 33:20