Parashah Miqéts

Zohar Miqéts -  193a-b

Cours du 2 décembre 2021

https://youtu.be/kV5Ovg-GC7M

 

 


Si vous souhaitez soutenir ce projet d'étude du Séfér haZohar, il est possible d'y contribuer librement en suivant ce lien  :


Texte étudié

Traduction : Georges Lahy

Parashah Miqéts

 

וַיְהִי מִקֵּץ, רִבִּי חִיָּיא פְּתַח וַאֲמַר, קֵץ שָׂם לַחֹשֶׁךְ וּלְכָל תַּכְלִית הוּא חוֹקֵר אֶבֶן אֹפֶל וְצַלְמָוֶת, הַאי קְרָא אִתְּמָר, קֵץ שָׂם לַחֹשֶׁךְ, דָּא אִיהוּ קֵץ דִּשְׂמָאלָא, דְּאִיהוּ שָׁאט בְּעַלְמָא, וְשָׁאט לְעֵילָא, וְקָיְימָא קַמֵּי קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, וְאַסְטֵי, וְקַטְרֵיג עַל עַלְמָא, וְהָא אִתְּמָר. וּלְכָל תַּכְלִית הוּא חוֹקֵר, דְּהָא כָּל עוֹבָדוֹי לָאו אִינוּן לְטַב, אֶלָּא לְשֵׁיצָאָה תָּדִיר, וּלְמֶעְבַּד כְּלָיָה בְּעָלְמָא.

« Et c’était à l’extrémité[1] » – Rabbi Ħiya ouvre et dit : « Il met une extrémité à l’obscurité, et scrute l’horizon, la pierre des ténèbres et l'ombre-mort[2] ». « Il met une extrémité à l’obscurité », c’est l’extrémité gauche. Il plane autour du monde. Il plane au-dessus, se tient devant le Saint, béni soit-il, et blâme et accuse le monde. Comme il est dit : Il « scrute l’horizon », car ses actes ne sont pas destinés à prodiguer le bien, mais plutôt à exterminer et à anéantir le monde.

אֶבֶן אֹפֶל וְצַלְמָוֶת, דָּא אֶבֶן נֶגֶף, דְּבָהּ כָּשְׁלִין חַיָּיבִין, וְקָיְימָא בְּהַאי דְאִקְרֵי, אֶרֶץ עֵפָתָהּ כְּמוֹ אֹפֶל. תָּא חֲזֵי אִית אֶרֶץ חַיִּים לְעֵילָא, וְהַאי אִיהוּ אֶרֶץ יִשְׂרָאֵל. וְאִית אֶרֶץ לְתַתָּא וְנִקְרָא אֹפֶל וְצַלְמָוֶת, אֹפֶל דְּנַפְקָא מֵאֶרֶץ עֵפָתָה. מַאי אֶבֶן אֹפֶל וְצַלְמָוֶת, דָּא הוּא קֵץ, דְּאִיהוּ מִסִּטְרָא דְחֹשֶׁךְ, זוּהֲמָא דְּדַהֲבָא, וְהָא אִתְּמָר.

« La pierre des ténèbres et l'ombre-mort » fait référence à la pierre d'achoppement, les méchants trébuchent dessus et pèchent. Elle demeure dans ce qui est appelé « une terre noire, comme les ténèbres[3] ». Viens et vois – Il y a la terre des vivants en haut, qui est la terre d’Israël. Et il y a une terre en bas appelée « terre obscure et ombre-mort », c'est-à-dire les ténèbres issues de la terre noire. Que sont « la pierre des ténèbres et l'ombre-mort » ? Elles sont l’extrémité, du côté de l’obscurité. Elles sont, la pollution de l'or, comme nous l'avons dit.

תָּא חֲזֵי, כַּמָּה אִית לוֹן לִבְנֵי נָשָׁא, לְאִסְתַּכָּלָא בְּפוּלְחָנָא דְקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, וּלְאִשְׁתַּדְּלָא בְּאוֹרַיְיתָא, יְמָמָא וְלֵילֵי, בְּגִין דְּיִנְדְּעוּן וְיִסְתַּכְּלוּן בְּפוּלְחָנֵיהּ, דְּהָא אוֹרַיְיתָא אִיהִי מַכְרְזָא בְּכָל יוֹמָא קַמֵּיהּ דְּבַר נָשׁ וְאָמְרָה, מִי פֶּתִי יָסוּר הֵנָּה חֲסַר לֵב וְאָמְרָה לוֹ, וְהָא אוֹקִימְנָא מִלֵּי.

Viens et vois combien il est important pour les humains de se sensibiliser au service (religieux) du Saint, béni soit-Il, et de s'efforcer d'étudier la Torah jour et nuit, afin de connaître et se sensibiliser à Son service. Car la Torah clame chaque jour devant l’humanité : « Qui est niais s’écarte de là ! Sans cœur, lui dit-elle[4] ». Nous avons déjà expliqué ce propos.

וְכַד בַּר נָשׁ אִשְׁתַּדַּל בְּאוֹרַיְיתָא, וְאִתְדַּבַּק בָּהּ, זָכֵי לְאִתְתַּקְפָא בְּאִילָנָא דְחַיֵּי, דִּכְתִיב עֵץ חַיִּים וגו.׳ וְתָא חֲזֵי, כַּד בַּר נָשׁ אִתְתַּקַּף בְּאִילָנָא דְחַיֵּי בְּהַאי עַלְמָא, אִתְתַּקַּף בֵּיהּ לְעַלְמָא דְאָתֵי, דְּהָא כַּד נִשְׁמָתִין נָפְקִין מֵהַאי עַלְמָא, הָכֵי אִתְתַּקְּנָן לְהוֹ דַּרְגִּין לְעַלְמָא דְאָתֵי.

Lorsqu'un humain étudie la Torah et y adhère, il se renforce avec l'Arbre de Vie, comme il est écrit : « C'est un Arbre de vie pour qui la saisit [5]... ». Lorsqu'un humain se saisit de l'Arbre de vie en ce monde, il se saisit de l'Arbre de vie pour le Monde-à-Venir. Et lorsque les âmes quittent ce monde, des gradations sont apprêtés pour elles dans le Monde-à-Venir.

תָּא חֲזֵי, אִילָנָא דְחַיֵּי, אִיהוּ בְּכַמָּה דַרְגִּין מִתְפָּרְשָׁן דָּא מִן דָּא, וְכֻלְּהוּ חַד. דְּהָא בְּאִילָנָא דְחַיֵּי, אִית דַּרְגִּין אִלֵּין עַל אִלֵּין, עַנְפִין, וְעָלִין, קְלִיפִין, גּוּפָא דְאִילָנָא, שָׁרָשִׁין. וְכֹלָּא הוּא אִילָנָא. כְּגַוְונָא דָא, כָּל מַאן דְּאִשְׁתַּדַּל בְּאוֹרַיְיתָא, אִיהוּ אִתְתַּקַּן וְאִתְתַּקַּף בְּאִילָנָא דְחַיֵּי.

L'Arbre de vie est divisé en plusieurs degrés, distincts les uns des autres, mais tous sont un. Car dans l'Arbre de Vie, il y a des niveaux gradués : branches, feuilles, écorces, tronc, racines. Chacun est l'arbre. De la même manière, celui qui s'efforce d'étudier la Torah est renforcé et amélioré par l'Arbre de vie.

וְכָל בְּנֵי דִּמְהֵימְנוּתָא יִשְׂרָאֵל, כֻּלְּהוֹן מִתְתַּקְּפִין בְּאִילָנָא דְחַיֵּי, כֻּלְּהוּ אֲחִידִין בְּאִילָנָא מַמָּשׁ, מִנְּהוֹן בְּהַהוּא גוּפָא דְּבֵיהּ, מִנְּהוֹן אֲחִידָן בְּעַנְפִין, מִנְּהוֹן בְּעָלִין, מִנְּהוֹן בְּשָׁרָשִׁין, אִשְׁתַּכָּחוּ דְּכֻלְּהוּ אֲחִידָן בְּאִילָנָא דְחַיֵּי. וְאִינוּן דְּמִשְׁתַּדְּלִין בְּאוֹרַיְיתָא כֻּלְּהוּ אֲחִידָן בְּגוּפָא דְאִילָנָא. וּבְגִין כָּךְ, מַאן דְּאִשְׁתַּדַּל בְּאוֹרַיְיתָא, אִיהוּ אָחִיד בְּכֹלָּא, וְהָא אוֹקְמוּהָ וְאִתְּמָר.

Tous les enfants de la foi d’Israël, sont intégrés dans l’Arbre de vie. Ils s’accrochent tous à l'arbre, mais certains d'entre eux s'accrochent au tronc, d'autres aux branches, d'autres aux feuilles et d'autres aux racines. Il semble donc tous accrochés à l'Arbre de vie. Tous ceux qui sont occupés à l'étude de la Torah s'accrochent au tronc de l'arbre, et pour cette raison, celui qui étudie la Torah s'accroche à l'arbre entier. Ceci a déjà été posé et dit.

וַיְהִי מִקֵּץ, מַאי מִקֵּץ. רִבִּי שִׁמְעוֹן אֲמַר, אֲתַר דְּלֵית בָּהּ זְכִירָה. וְדָא הוּא קֵץ דִּשְׂמָאלָא, מַאי טַעְמָא, בְּגִין דִּכְתִיב כִּי אִם זְכַרְתַּנִי אִתְּךָ כַּאֲשֶׁר יִיטַב לָךְ. וְכִי הָכֵי אִתְחֲזֵי לֵיהּ לְיוֹסֵף צַדִּיקָא, דְּאִיהוּ אֲמַר כִּי אִם זְכַרְתַּנִי אִתְּךָ, אֶלָּא כֵּיוָן דְּאִסְתַּכַּל יוֹסֵף בְּחֶלְמֵיהּ, אֲמַר וַדַּא חֶלְמָא דִזְכִירָה אִיהוּ, וְאִיהוּ טָעָה בְּהַאי, דְּהָא בֵּיהּ בְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הֲוֵי כֹלָּא.

« Et c’était à l’extrémité[6] » – Quelle est la signification de « l’extrémité » ? Rabbi Shiméon dit : Il s'agit d'un endroit dans lequel il n'y a pas de mémoire – « l’extrémité gauche ». Qu'est-ce que cela signifie ? Il est écrit : « Souviens-toi de moi, lorsqu'il te sera arrivé du bien[7] ». Est-il approprié pour Joseph le juste de dire, « Souviens-toi de moi ». Lorsque Joseph a analysé le rêve, il a dit : « C'est assurément un rêve de mémoire ». Mais il avait tort, car tout venait du Saint, béni soit-Il.

וְע״ד אֲתַר דַּהֲוָה בֵיהּ נַשְׁיוּ קָם קַמֵּיהּ, מַה כְּתִיב וְלֹא זָכַר שַׂר הַמַּשְׁקִים אֶת יוֹסֵף וַיִּשְׁכָּחֵהוּ. כֵּיוָן דַּאֲמַר וְלֹא זָכַר שַׂר הַמַּשְׁקִים, מַהוּ וַיִּשְׁכָּחֵהוּ. אֶלָּא וַיִּשְׁכָּחֵהוּ אֲתַר דְּאִית בֵּיהּ שִׁכְחָה, וְדָא הוּא קֵץ דְּסִטְרָא דְּחֹשֶׁךְ. שְׁנָתַיִם יָמִים, מַאי שְׁנָתַיִם. דְּתָב דַּרְגָּא, לְדַרְגָּא דְּאִית בֵּיהּ זְכִירָה.

Par conséquent, le lieu de l'oubli s'est dressé devant lui. Il est écrit : « Mais le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph, et l'oublia[8] ». S’il est dit « le chef des échansons ne se souvint pas », pourquoi alors ajouter « et l'oublia » ? « Et l'oublia » indique le lieu dans lequel il y a oubli, qui est « l’extrémité » du côté obscur. Que sont les « deux années » ? Le degré de l'oubli est revenu après ce temps au degré dans lequel il y a la mémoire.

וּפַרְעֹה חוֹלֵם וְהִנֵּה עוֹמֵד עַל הַיְאֹר, דָּא חֶלְמָא דְיוֹסֵף הֲוָה, בְּגִין דְּכָל נָהָר דְּיוֹסֵף הַצַּדִּיק אִיהוּ, וְרָזָא דָּא הֲוֵי, הַאי מַאן דְּחָמֵי נָהָר בַּחֲלוֹם, חָמֵי שָׁלוֹם, דִּכְתִיב הִנְנִי נוֹטֶה אֵלֶיהָ כְּנָהָר שָׁלוֹם.

« Pharaon rêva : Voici qu'il se tenait sur le Yor (Nil)[9] » – Il rêva de Joseph, car tout le fleuve fait partie de Joseph le Juste. C'est le sens caché de : « Celui qui voit un fleuve dans son rêve voit la paix[10] », comme il est écrit : « Je fais couler vers elle la paix comme un fleuve[11] ».

וַיְהִי מִקֵּץ שְׁנָתַיִם. רִבִּי חִיָּיא פְּתַח וַאֲמַר, מֶלֶךְ בַּמִּשְׁפָּט יַעֲמִיד אֶרֶץ וְאִישׁ תְּרוּמוֹת יֶהֶרְסֶנָּה, תָּא חֲזֵי, כַּד בָּרָא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא עַלְמָא עִלָּאָה, אַתְקֵין כֹּלָּא כִּדְקָא יָאוֹת, וְאַפֵּיק נְהוֹרִין עִלָּאִין מְנַהֲרִין לְכָל סִטְרִין, וְכֹלָּא אִיהוּ חַד, וּבָרָא שָׁמַיִם דִלְעֵילָא, וְאֶרֶץ דִּלְעֵילָא, לְאִתְתַּקְנָא כֻּלְּהוּ כַּחֲדָא, לְתוֹעַלְתָּא דְתַתָּאֵי.

« À l’extrémité de deux ans » – Rabbi Ħiya ouvre et dit : « Le roi, en équité, affermit la terre, mais l’exploiteur la renverse[12] ». Viens et vois – Lorsque le Saint, béni soit-Il, créa le monde supérieur. Il fit tout correctement et créa des lumières suprêmes qui brillent de tous côtés. Et tout est uni. Il a créé les cieux en haut, et la terre en bas, pour qu'ils se combinent en un seul, au profit des inférieurs.

תָּא חֲזֵי, מֶלֶךְ בַּמִּשְׁפָּט יַעֲמִיד אֶרֶץ, מַאן מֶלֶךְ. דָּא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא. בַּמִּשְׁפָּט: דָּא יַעֲקֹב, דְּאִיהוּ קִיּוּמָא דְאַרְעָא, וְעַל דָּא ו׳ אִתְּזָן מִן ה׳ עִלָּאָה, ה׳ תַּתָּאָה אִתְּזָנַת מִן ו,׳ דְּקִיּוּמָא דְאַרְעָא אִיהוּ בְּמִשְׁפָּט, דְּהָא מִשְׁפָּט יַעֲמִיד אֶרֶץ בְּכָל תִּקּוּנוֹי, וְזָן לָהּ.

Viens et vois – « Le roi, en équité, affermit la terre ». Qui est le roi ? C'est le Saint, béni soit-Il. « Équitablement » c’est Jacob, qui est la stature de la terre. Par conséquent, le Vav est substanté par le supérieur. Le inférieur est substanté par le Vav, car la stature de la terre est « dans l’équité », « l’équité affermit la terre » avec tous ses arrangements, et la nourrit (la type).

דָּבָר אֲחֵר, מֶלֶךְ: דָּא קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא. בַּמִּשְׁפָּט: דָּא יוֹסֵף, יַעֲמִיד אֶרֶץ: דִּכְתִיב וְכָל הָאָרֶץ בָּאוּ מִצְרַיְמָה לִשְׁבּוֹר אֶל יוֹסֵף, וּבְגִין דְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא אִתְרְעֵי בֵיהּ בְּיַעֲקֹב, עֲבַד לֵיהּ לְיוֹסֵף שַׁלִּיטָא עַל אַרְעָא.

Autre parole – « Le roi », c’est le Saint, béni soit-Il. « En équité », c’est Joseph, « qui affermit la terre ». Il est écrit : « De toute la terre, ils venaient en Égypte pour se ravitailler chez Joseph[13] ». Parce que le Saint, béni soit-Il, a favorisé Jacob, Il a fait de Joseph le gouverneur de la terre.

רִבִּי יוֹסֵי אֲמַר, מֶלֶךְ: דָּא יוֹסֵף. בַּמִּשְׁפָּט יַעֲמִיד אֶרֶץ: דָּא יַעֲקֹב, דְּהָא עַד לָא אֲתָא יַעֲקֹב לְמִצְרַיִם, לָא הֲוָה קִיּוּמָא בְּאַרְעָא, מִגּוֹ כַּפְנָא. כֵּיוָן דַּאֲתָא יַעֲקֹב לְמִצְרַיִם, בִּזְכוּתֵיהּ אִסְתַּלַּק כַּפְנָא, וְאִתְקַיַּים אַרְעָא.

Rabbi Yossi dit : « Le roi », c’est Joseph « En équité affermit la terre », c’est Jacob, car avant que Jacob ne vienne en Égypte, la terre n’avait pas de stature, elle était affamée. Lorsque Jacob alla vers l’Égypte, par son mérite, la famine disparut et la terre se consolida.

דָּבָר אֲחֵר מֶלֶךְ בַּמִּשְׁפָּט יַעֲמִיד אֶרֶץ: דָּא דָּוִד מַלְכָּא, דִּכְתִיב וַיְהִי דָּוִד עוֹשֶׂה מִשְׁפָּט וּצְדָקָה לְכָל עַמּוֹ, וְאִיהוּ קַיַּים אַרְעָא, וּבִזְכוּתֵיהּ קָיְימָא לְבָתַר דְּנָא. וְאִישׁ תְּרוּמוֹת יֶהֶרְסֶנָּה: דָּא רְחַבְעָם.

Autre parole – « Le roi, en équité, affermit la terre », c’est le roi David, comme il est écrit : « Et David régna sur tout Israël. David fit régner l’équité et la justice sur tout son peuple[14] ». Il a consolidé la terre, et par son mérite, elle est restée debout, « mais l’exploiteur [affameur] la renverse[15] », c’est Reħavâm (Roboam).

תָּא חֲזֵי, קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא בְּגִינֵיהוֹן דְּצַדִּיקַיָא, אַף עַל גָּב דְּפוּרְעֲנוּתָא אִתְגְּזַר עַל עַלְמָא, מִתְעַכְּבָא בְּגִינֵיהוֹן, וְלָא שָׁלְטָא עַל עַלְמָא. כָּל יוֹמוֹי דְּדָוִד מַלְכָּא, אִתְקָיְימָא אַרְעָא בְּגִינֵיהּ, לְבָתַר דְּמִית אִתְקָיְימָא בִּזְכוּתֵיהּ, דִּכְתִיב וְגַנּוֹתִי עַל הָעִיר הַזֹּאת לְהוֹשִׁיעָהּ לְמַעֲנִי וּלְמַעַן דָּוִד עַבְדִּי. כְּגַוְונָא דָּא, כָּל יוֹמוֹי דְיַעֲקֹב, וְכָל יוֹמוֹי דְיוֹסֵף, לָא שָׁלְטָא פּוּרְעֲנוּתָא בְּעַלְמָא.

Viens et vois – À cause des justes, le Saint, béni soit-il, n'a pas imposé la calamité qui avait été décrétée sur le monde, afin qu'il n'ait pas d'emprise sur le monde. Tous les jours du roi David, la terre a été consolidée grâce à lui. Après sa mort, elle s'est maintenue grâce à son mérite, comme il est écrit : « Je défendrai cette ville pour moi et pour mon serviteur David[16] ». De même, pendant tous les jours de Jacob et tous les jours de Joseph, aucune calamité n'a dominé dans le monde

תָּא חֲזֵי מֶלֶךְ בַּמִּשְׁפָּט יַעֲמִיד אֶרֶץ: דָּא יוֹסֵף. וְאִישׁ תְּרוּמוֹת יֶהֶרְסֶנָּה: דָּא פַּרְעֹה, דְּהָא בְּגִין דְּאַקְשֵׁי לִבֵּיהּ לְגַבֵּי דְּקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, חָרֵיב אַרְעָא דְמִצְרַיִם, וּבְקַדְמֵיתָא עַל יְדָא דְיוֹסֵף אִתְקַיַּים אַרְעָא, בְּהַהוּא חֶלְמָא דְּחָלַם, דִּכְתִיב וַיְהִי מִקֵּץ שְׁנָתַיִם יָמִים וגו.'

Viens et vois – « Le roi, en équité, affermit la terre », c’est Joseph, « mais l’exploiteur [affameur] la renverse », c’est Pharaon. Parce que Pharaon a endurci son cœur contre le Saint, béni soit-il, la terre d'Égypte a été dévastée. Avant cela, la terre était florissante grâce à Joseph, conformément au rêve, comme il est écrit : « À l’extrémité de deux ans[17]... ».

וַיְהִי מִקֵּץ וגו.׳ ר׳ אֶלְעָזָר פְּתַח וַאֲמַר, חַי ה׳ וּבָרוּךְ צוּרִי וְיָרוּם אֱלֹהֵי יִשְׁעִי. אֱלוֹהֵי כְּתִיב, בְּוי״ו. הַאי קְרָא אִית לְאִסְתַּכָּלָא בֵּיהּ, חַי ה:׳ דָּא חַי צַדִּיקָא יְסוֹדָא דְעַלְמָא, דְּאִקְרֵי חַי דְעָלְמִין. וּבָרוּךְ צוּרִי: דָּא הוּא דִכְתִיב בָּרוּךְ ה׳ צוּרִי, וְדָא עַלְמָא דְאִתְקַיַּים עֲלֵיהּ צַדִּיקָא דָא. וְיָרוּם אֱלֹהֵי יִשְׁעִי. וְיָרוּם: דָּא עַלְמָא עִלָּאָה. אֱלוֹהֵי בְּוא״ו: דָּא שָׁמַיִם, כד״א הַשָּׁמַיִם שָׁמַיִם לַה.'

« À l’extrémité de deux ans[18]... » – Rabbi Elâzar ouvre et dit : « Yhwh vit, et béni soit mon rocher, et que soit exalté l'Élohéi de mon salut[19] ». « Élohéi » s'écrit avec un Vav. Ce verset nécessite une étude attentive. La phrase « Yhwh vit », c’est le vivant, le Juste fondement du monde, appelé : Vivant des mondes. « Béni soit mon rocher » est la signification de « Béni soit Yhwh mon rocher[20] ». Le monde subsiste par le Juste. « Que soit exalté l'Élohéi de mon salut » – « Exalté » c’est monde supérieur. « Élohéi », avec un Vav, c’est les cieux, comme il est écrit : « Les cieux sont les cieux de Yhwh[21] ».

תָּא חֲזֵי בָּרוּךְ אֲדֹנָ״י יוֹם יוֹם יַעֲמָס לָנוּ, בָּרוּךְ אֲדֹנָ״י, בְּאָלֶ״ף דָּלֶ״ת נוּ״ן יוּ״ד, וְהַאי קְרָא רָזָא דְּחָכְמְתָא אִיהוּ. יוֹם יוֹם: אֵלּוּ שְׁנָתַיִם יָמִים, כד״א וַיְהִי מִקֵּץ שְׁנָתַיִם יָמִים. וּפַרְעֹה חוֹלֵם וְהִנֵּה עוֹמֵד עַל הַיְאוֹר, רָזָא אִיהוּ, כְּמָה דְאִתְּמָר דָּא יוֹסֵף, דְּנָהָר דָּא, יוֹסֵף הַצַּדִּיק הוּא.

Viens et vois – « Béni soit Adonaï qui, jour [après] jour, porte notre fardeau[22] ». Béni soit Adonaï avec : Alef-Daléth-Noun-Yod. Ce verset contient le secret de la sagesse. « Jour [après] jour », ce sont les « deux ans » (ou « deux jours »). Comme il est écrit : « À l’extrémité de deux ans, Pharaon rêva, et voici qu'il se tenait sur le Yor[23] » comme il a été dit, ce secret c’est Joseph, car le « Fleuve » c’est Joseph le Juste.

וְהִנֵּה מִן הַיְאוֹר עוֹלוֹת שֶׁבַע פָּרוֹת יְפַת־מַרְאֶה וּבְרִיאוֹת בָּשָׂר וַתִּרְעֶינָה בָּאָחוּ. וְהִנֵּה מִן הַיְאוֹר, דְּהָא מִנָּהָר דָּא אִתְבָּרְכָאן כָּל אִינוּן דַּרְגִּין דִּלְתַתָּא, בְּגִין דְּהַהוּא נָהָר דְּנָגֵיד וְנָפֵיק, אִיהוּ אַשְׁקֵי וְזָן לְכֹלָּא, וְיוֹסֵף אִיהוּ נָהָר, לְאִתְבָּרְכָא כָּל אַרְעָא דְמִצְרַיִם בְּגִינֵיהּ.

« Et voici : Issues du Yor (Nil), montent sept vaches belles à mirer, bien grasses de chair, et elles paissaient dans les roseaux[24] ». « Et voici : Issues du Yor », c’est par ce Fleuve que sont bénis tous les degrés inférieurs. Car ce Fleuve s’écoule et s’épanche, il arrose et sustente tout. Et Joseph, est un fleuve, et tout le pays d'Égypte est béni grâce à lui.

וְתָּא חֲזֵי, הַהוּא נָהָר שֶׁבַע דַּרְגִין אִתְשַׁקְיָין וְאִתְבָּרְכָן מִנֵּיהּ, וְאִלֵּין אִינוּן יְפוֹת מַרְאֶה וּבְרִיאוֹת בָּשָׂר. וַתִּרְעֶינָה בָּאָחוּ: בְּחִבּוּרָא בְּאַחְוָותָא דְּלָא אִשְׁתַּכַּח בְּהוֹ פֵּרוֹדָא, וְכֻלְּהוּ לְשַׁבָּחָא קָיְימִין, דְּהָא כָּל הַנֵּי דַרְגִּין שֶׁבַע דְּקָאֲמָרָן, רָזָא אִיהוּ, כד״א וְאֵת שֶׁבַע הַנְּעָרוֹת הָרְאוּיוֹת לָתֵת לָהּ מִבֵּית הַמֶּלֶךְ וגו.׳ וְע״ד שֶׁבַע פָּרוֹת יְפוֹת מַרְאֶה, וְלָקֳבֵל דָּא כְּתִיב, שִׁבְעַת הַסָּרִיסִים הַמְשָׁרְתִים אֶת פְּנֵי הַמֶּלֶךְ וגו.'

Viens et vois – Par ce Fleuve, sept gradations sont irriguées et bénies. Celles-ci sont « belles à mirer, bien grasses de chair », et « paissaient dans les roseaux (aħou) », en connexion, en fraternité (aħavata), par affinité, il n'y a pas de séparation entre elles. Toutes méritent d'être loués, car ces sept gradations sont le secret du verset : « Et les sept jeunes filles choisies pour lui être données, issues de la maison du roi[25] ». En correspondance avec les « sept vaches belles à mirer ». À l’opposé il est écrit : « Sept eunuques servant devant du roi[26] ».

רִבִּי יִצְחָק אֲמַר, שֶׁבַע פָּרוֹת הַטּוֹבוֹת, דַּרְגִּין אִינוּן עִלָּאִין עַל אָחֳרָנִין. וְשֶׁבַע הַפָּרוֹת הָרָעוֹת, דַּרְגִּין אָחֳרָנִין דִּלְתַתָּא. אִלֵּין מִסִּטְרָא דִקְדוּשָׁה, וְאִלֵּין מִסִּטְרָא דִּמְסָאֲבָא.

Rabbi Yitsħaq dit : Les sept vaches bonnes sont des gradations supérieures aux autres, tandis que les sept vaches mauvaises sont des gradations inférieures. Les unes du côté de la sainteté, les autres du côté de l’impureté.

שֶׁבַע הַשִּׁבֳּלִים, רִבִּי יְהוּדָה אֲמַר, אִלֵּי קֳדָמָאי, אִינוּן טָבִין, בְּגִין דְּאִינוּן מִסִּטְרָא דִימִינָא, דִּכְתִיב בֵּיהּ כִּי טוֹב, וְאִלֵּין בִּישִׁין אִינוּן לְתַתָּא מִנַּיְיהוּ. שֶׁבַע הַשִּׁבֳּלִים אִינוּן מִסִּטְרָא דְּדַכְיוּ, וְאִלֵּין מִסִּטְרָא דִּמְסָאֲבוּ, וְכֻלְּהוּ דַּרְגִּין קָיְימִין אִלֵּין עַל אִלֵּין, וְאִלֵּין לָקֳבֵל אִלֵּין, וְכֻלְּהוּ קָא חָמָא פַּרְעֹה בְּחֶלְמֵיהּ.

« Sept épis[27] » – Rabbi Yehouda dit : Les premiers sont bons, car ils sont du côté droit, au sujet duquel il est écrit : « que c’est bon[28] ». Les mauvais sont en dessous d'eux. Les sept épis sont du côté de la pureté, et les autres sont du côté de l'impureté. Ces gradations se tiennent toutes les unes au-dessus des autres et les unes contre les autres. Pharaon les a toutes vues dans son rêve.

אָמַר רָבִּי יֵיסָא, וְכִי לְהַהוּא חַיָּיבָא דְפַרְעֹה אַחְזְיָין לֵיהּ כָּל הַנֵּי. אָמַר לוֹ ר׳ יְהוּדָה, כְּגַוְונָא דִלְהוֹן חָמָא, דְּכַמָּה דַּרְגִּין עַל דַּרְגִּין, אִלֵּין לָקֳבֵל אִלֵּין, וְאִלֵּין עַל אִלֵּין, וְאִיהוּ חָמָא בְּאִינוּן דַּרְגִּין דִּלְתַתָּא.

Rabbi Yéssa dit : Comment toutes ces choses ont-elles pu être montrées au Pharaon iconoclaste ? Rabbi Yehouda dit : Il n'a vu que leur ressemblance. Car il y a des gradations sur des gradations, les unes opposées aux autres et les unes sur les autres, dont il n'a vu que les gradations inférieures.

וְהָא תָּנִינָן, דְּהָא כְּמָה דְאִיהוּ בַּר נָשׁ, הָכֵי אַחְזְיוּ לֵיהּ בְּחֶלְמֵיהּ, וְהָכֵי חָמֵי, וְנִשְׁמָתָא הָכֵי סָלְקַת לְאִשְׁתְּמוֹדְעָא, כָּל חַד וְחַד כְּפוּם דַּרְגֵּיהּ כִּדְקָא חָזֵי לֵיהּ, וּבְגִין כָּךְ פַּרְעֹה חָמָא כִּדְקָא חָזֵי לֵיהּ, וְלָא יַתִּיר.

Il est enseigné : Tel est l’humain, telle est la vision de son rêve. Au fur et à mesure que son âme s'élève, il perçoit ce qu'il mérite en fonction de son niveau. Pharaon a donc vu ce qu'il était apte à voir et pas plus.

 

[1] Genèse 41:1.

[2] Job 28:3.

[3] Job 10:22.

[4] Proverbes 9:4.

[5] Proverbes 3:18.

[6] Genèse 41:1.

[7] Genèse 40:14.

[8] Genèse 40:23.

[9] Genèse 41:1.

[10] Talmud Berakoth 56b.

[11] Esaïe 66:12.

[12] Proverbes 29:4.

[13] Genèse 41:57.

[14] II Samuel 8:15.

[15] Proverbes 29:4.

[16] II Rois 20:6.

[17] Genèse 41:1.

[18] Genèse 41:1.

[19] Psaumes 18:47.

[20] Psaumes 144:1.

[21] Psaumes 115:16.

[22] Psaumes 68:20.

[23] Genèse 41:1.

[24] Genèse 41:2.

[25] Esther 2:9

[26] Psaumes 1:10.

[27] Genèse 41:5.

[28] Genèse 1:4.