Parashah Ħayéi Sarah

Zohar Ħayéi Sarah -  132b / 133b

Cours du 28 octobre 2021 à 19h00

Adresse de la vidéo : https://youtu.be/kNRGq4jzXEQ

 


Si vous souhaitez soutenir ce projet d'étude du Séfér haZohar, il est possible d'y contribuer librement en suivant ce lien  :


Texte étudié

Traduction : Georges Lahy

Parashah Ħayéi Sarah

יַעֲקֹב אַתְקֵין צְלוֹתָא דְעַרְבִית, דְּהָא אִיהוּ אַתְקֵין לָהּ, וְזָן לָהּ, בְּכָל מַה דְּאִצְטְרִיךְ, וַדַּאי, וא״ו אַתְקֵין לְה״א, וְה״א אִתְּזָנַת מִן וא״ו, דְּלֵית לָהּ נְהוֹרָא מִגַּרְמָהּ כְּלָל.

 Jacob a établi l'office du soir, car il la fixe et la nourrit de tout ce dont elle a besoin. Car Vav corrige et [la lettre] est nourrie par Vav, car elle n’a pas de lumière par elle-même.

וּבְגִין כָּךְ, תְּפִלַּת עַרְבִית רְשׁוּת, דְּהָא אִתְכְּלִילַת בִּצְלוֹתָא דְיוֹמָא, בְּגִין לְאִתְנַהֲרָא, וְהַשְׁתָּא לָאו זִמְנָא אִיהוּ. וְאוֹקִימְנָא לָהּ, דְּהָא לָא אִתְגַּלְיָא נְהוֹרָא דִּימָמָא, דְּיַנְהֵיר לָהּ, וְאִיהִי שָׁלְטָא בַּחֲשׁוֹכָא, עַד זִמְנָא דְּפַלְגוּת לֵילְיָא, דְּאִשְׁתַּעְשַׁע קוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא עִם צַדִּיקַיָא, בְּגִנְתָא דְעֵדֶן, וּכְדֵין אִיהוּ זִמְנָא לְאִשְׁתַּעְשְׁעָא בַּר נָשׁ בְּאוֹרַיְיתָא, כְּמָה דְאִתְּמָר.

La prière du soir est facultative pour cette raison, car ce n'est que dans la continuité de la prière de l'après-midi qu'elle brille. Mais il n'y a pas de temps déterminé pour cela. Comme nous l'avons révélé, la lumière du jour ne brillant plus suffisamment, elle règne dans l'obscurité jusqu'à minuit, lorsque le Saint, béni soit-Il, se réjouit avec les justes dans le jardin d'Eden. Il est alors temps pour l’humain de se réjouir dans la Torah. Comme cela a été dit.

תָּא חֲזֵי, דָּוִד אָתָא וַאֲמַר אִלֵּין תְּלַת זִמְנִין דִּצְלוֹתֵי, דִּכְתִיב עֶרֶב וָבֹקֶר וְצָהֳרָיִם, הָא תְּלָתָא, וְאִיהוּ לָא צַלֵּי, אֶלָּא תְּרֵי מִנַּיְיהוּ, דִּכְתִיב אָשִׂיחָה וְאֶהֱמֶה, וְלָא יַתִּיר, דָּא לִצְלוֹתָא דְצַפְרָא, וְדָא לִצְלוֹתָא דְמִנְחָה, בְּגִין כָּךְ אָשִׂיחָה וְאֶהֱמֶה דַיְיקָא, בְּצַפְרָא, דְּאִיהוּ שַׁעְתָּא דְּחֶסֶד, סַגֵּי לֵיהּ בְּחֶסֶד בְּאָשִׂיחָה, וּבְמִנְחָה, דְּהוּא שַׁעְתָּא דְדִינָא קַשְׁיָא, בָּעֵי הֲמָיָיה, וּבְגִין כָּךְ וְאֶהֱמֶה, וּלְבָתַר כַּד אִתְפְּלֵיג לֵילְיָא, הֲוָה קָם בְּשִׁירִין וְתוּשְׁבְּחָן, כִּדְקָא יָאוֹת, דִּכְתִיב וּבַלַּיְלָה שִׁירֹה עִמִּי, וְהָא אִתְּמָר.

Viens et vois – David vint et dit qu’il y a trois temps pour les offices, comme il est écrit : « Le soir, le matin et à midi, je soupire et je frémis, et il entend ma voix[1] ». Il y a trois moments en tout, mais David ne priait que durant deux d'entre eux, comme il est écrit : « je soupire et je frémis » et pas plus. L'un est l’office du matin et l'autre celui de l'après-midi. C'est pourquoi : « je soupire et je frémis ». Le matin, qui est un temps de Bienveillance (Ħesséd), mais il est nécessaire de frémir l'après-midi, car c'est un temps de Jugement (Din). C'est pourquoi il ajoute : « je frémis ». À minuit, il se levait et entonnait des chants et des louanges [133a], comme il est écrit : « Et dans la nuit, Son chant est avec moi[2] ». Ceci a déjà été expliqué.

קָם ר׳ שִׁמְעוֹן וַאֲזָלוּ. אֲזַל הַהוּא בַּר נָשׁ בַּהֲדֵיהּ, עַד טְבֶרְיָה. עַד דַּהֲווֹ אָזְלוּ, אָמַר רִבִּי שִׁמְעוֹן, תָּא חֲזֵי, תְּפִלּוֹת כְּנֶגֶד תְּמִידִין, תִּקְנוּם רַבָּנָן דְּאַנְשֵׁי כְּנֶסֶת הַגְּדוֹלָה, בְּגִין דְּאַשְׁכְּחָן תְּרֵי, דִּכְתִיב אֶת הַכֶּבֶשׂ אֶחָד תַּעֲשֶׂה בַּבֹּקֶר וְאֶת הַכֶּבֶשׂ הַשֵּׁנִי תַּעֲשֶׂה בֵּין הָעַרְבָּיִם. וְאִינוּן מִתְקָרְבִין בְּהַנֵּי תְּרֵי זִמְנֵי דְיוֹמָא, דְּאִינוּן זִמְנִין לִצְלוֹתָא.

Rabbi Shiméon se leva et ils voyagèrent en compagnie d’un homme jusqu'à Tibériade. Pendant qu'ils marchaient, Rabbi Shiméon dit : Venez et voyez – Les prières correspondent aux offrandes quotidiennes. Ceci a été établi par nos Maîtres de la Grande Assemblée. Il y en a deux. Comme il est écrit : « Tu offriras un agneau le matin, et tu offriras un second agneau le soir[3] ». Ils étaient offerts aux mêmes moments chaque jour, aux moments de la prière.

אֲמַר הַהוּא גַבְרָא הָא בְּקַדְמֵיתָא, אָבוֹת תִּקְנוּם לְהַנֵּי צְלוֹתֵי, וּמַה דְּאַתְקִינוּ אַבְרָהָם וְיִצְחָק, הוּא עִקְרָא, וּמַה דְּאַתְקֵין יַעֲקֹב, דְּאִיהוּ שִׁבְחָא דַּאֲבָהָן, אַמַּאי אִיהוּ רְשׁוּת, וְלָא עִקְּרָא כְּהַנֵּי.

L’homme dit : Mais les patriarches ont composé ces prières antérieurement. Pourquoi celles qu'Abraham et Isaac ont établi sont-elles plus importantes ? Et pourquoi celle que Jacob, qui est choisi parmi les patriarches, a composée est-elle considérée comme facultative et pas aussi essentielle que celles-ci ?

אֲמַר רִבִּי שִׁמְעוֹן, הָא אִתְּמָר. אֲבָל תָּא חֲזֵי, הַנֵּי תְּרֵי זִמְנֵי, דִּתְרֵי צְלוֹתֵי לָאו אִינוּן, אֶלָּא לְחַבְּרָא לְיַעֲקֹב בְּעַדְבֵיהּ, כֵּיוָן דְּאִתְחַבָּרוּ דָּא בְּדָא, אֲנַן לָא צְרִיכִין יַתִּיר, דְּכֵיוָן דְּאִתְיְהִיבַת אִתְּתָא בֵּין תְּרֵין דְּרוֹעִין, וְאִתְחַבָּרַת בְּגוּפָא, לָא אִצְטְרִיךְ יַתִּיר, וְעַל דָּא אֲנַן בָּעִינָן לְאִתְעָרָא תְּרֵין דְּרוֹעִין, בְּגִין דְּאִתְיְהִיבַת בֵּינַיְיהוּ, כֵּיוָן דְּאִיהִי בֵּינַיְיהוּ, גּוּפָא וְאִתְּתָא מִלַּיְיהוּ בִּלְחִישׁוּ, דְּלָא לְאַדְכָּרָא.

Rabbi Shiméon répondit : Ceci a déjà été expliqué, mais venez et voyez – Les deux temps des offices du matin et de l'après-midi sont destinées à connecter Jacob à sa destinée. Une fois qu'ils sont unis, nous n'avons plus rien à faire. Quand l’Épouse (Ithetha) est placée entre les deux Bras, elle est uni au corps, il n'y a plus besoin de modifier quoi que ce soit d'autre. Ainsi, nous devons encourager l'union des deux Bras, car l’Épouse a été positionnée entre eux. Une fois placée entre eux, alors le corps et l’Épouse chuchotent, afin qu’il n’y ait plus d’évocation.

וּבְגִין כָּךְ, יַעֲקֹב מְשַׁמֵּשׁ בַּמָּרוֹם תָּנִינָן, מַאי בַּמָּרוֹם. כְּמָה דְאַתְּ אָמֵר וְאַתָּה מָרוֹם לְעוֹלָם ה׳. וְכֹלָּא אִיהוּ רָזָא לְיָדְעֵי מִדִּין. אֲתוֹ רִבִּי אַבָּא, וְהַהוּא יוּדָאי, וּנְשָׁקוּ יְדוֹי. אֲמַר רִבִּי אַבָּא, עַד יוֹמָא דֵין לָא קָאִימְנָא בְּמִלָּה דָא, בַּר הַשְׁתָּא. זַכָּאָה חוּלָקִי, דְּזָכֵינָא לְמִשְׁמַע לֵיהּ.

Pour cette raison, Jacob sert dans la Hauteur. Nous avons appris que le sens de « Hauteur » (Marom) est tel qu'il est écrit dans le verset : « Tu es Hauteur pour toujours, Yhwh[4] ». Tout ceci est un secret pour les connaisseurs du Jugement (Din). Rabbi Abba et le Juif s’approchèrent et baisèrent les mains de Rabbi Shiméon. Rabbi Abba dit : Jusqu'à ce jour, je n'avais pas compris cette question. C’est maintenant le cas. Heureuse est ma destinée, car j'ai mérité de l'entendre.

וַיְבִיאֶהָ יִצְחָק הָאֹהֱלָה שָׂרָה אִמּוֹ. אָמַר רָבִּי יוֹסֵי, הַאי קְרָא קַשְׁיָא, הָאֹהֱלָה, לְאֹהֶל שָׂרָה אִמּוֹ מִבָּעֵי לֵיהּ, מַאי הָאֹהֱלָה. דַּאֲהַדְּרַת תַּמָּן שְׁכִינְתָּא, בְּגִין דְּכָל זִמְנָא דְשָׂרָה קָיְימָא בְּעָלְמָא, שְׁכִינְתָּא לָא אַעֲדֵי מִינָהּ, וּשְׁרַגָּא הֲוָה דְלֵיקַת, מֵעֶרֶב שַׁבָּת לְעֶרֶב שַׁבָּת, וַהֲוָה נָהֵיר כָּל אִינוּן יוֹמֵי דְשַׁבַּתָּא, בָּתַר דְּמִיתַת, כָּבְתָה הַהִיא שְׁרַגָּא, כֵּיוָן דְּאָתַת רִבְקָה, אֲהַדָּרַת שְׁכִינְתָּא, וּשְׁרַגָּא אַדְלֵיקַת. שָׂרָה אִמּוֹ: דְּדַמְיָא לְשָׂרָה בְּכָל עוֹבָדָהָא.

« Et Isaac la fit venir [dans] la tente de Sarah, sa mère[5] ». Rabbi Yossi dit : Ce verset est problématique, il est écrit : « la tente (haohélah) de Sarah », au lieu de « vers la tente (leohél) de Sarah ». Pourquoi « la tente (haohélah) » ? Parce que la Shekhinah revient, car la Shekhinah n'a jamais quitté Sarah tant qu’elle existait en ce Monde. Une bougie brûlait dans la tente tous les jours de la semaine, de la veille d’un Shabbath à la veille d’un Shabbath. Après sa mort, la bougie s'est éteinte. Lorsque vint Rébecca, la Shekhinah est revenue et la bougie a brûlé à nouveau. « Sarah, sa mère » signifie qu'elle ressemblait à Sarah dans tout ce qu'elle faisait.

רִבִּי יְהוּדָה אֲמַר כְּמָה דִּדְיוֹקְנֵיהּ דְּיִצְחָק, הֲוָה כִּדְיוֹקְנֵיהּ דְּאַבְרָהָם, וְכָל מַאן דְּחָמֵי לְיִצְחָק, אֲמַר דָּא אַבְרָהָם, וַדַּאי, אַבְרָהָם הוֹלִיד אֶת יִצְחָק, הָכֵי נָמֵי רִבְקָה, דְּיוֹקְּנָהּ מַמָּשׁ הֲוַת דְּיוֹקְנָא דְשָׂרָה, וּבְגִין כָּךְ שָׂרָה אִמּוֹ וַדַּאי.

Rabbi Yehoudah dit : Comme l'image d'Isaac était semblable à celle d'Abraham, quiconque voyait Isaac disait que c'était Abraham. Bien sûr, ils savaient que « Abraham engendra Isaac[6] ». Par conséquent, l’image de Rébecca était exactement le même que l’image de Sarah. C'est pourquoi il est écrit : « Sarah, sa mère ». C’est évident.

אֲמַר רִבִּי אֶלְעָזָר, בְּכֹלָּא הָכֵי הוּא, אֲבָל תָּא חֲזֵי, רָזָא אִיהוּ, דְּאַף עַל גַּב דְּשָׂרָה מִיתַת, דְּיוֹקְנָה לָא אַעֲדֵי מִן בֵּיתָא וְלָא אִתְחֲזֵי תַּמָּן, מִיּוֹמָא דְמִיתַת, עַד דַּאֲתַת רִבְקָה, כֵּיוָן דְּעָאֳלַת רִבְקָה, אִתְחֲזִיאַת דְּיוֹקְנָא דְשָׂרָה, דִּכְתִיב וַיְבִיאֶהָ יִצְחָק הָאֹהֱלָה וגו׳, מִיָּד שָׂרָה אִמּוֹ אִתְחֲזִיאַת תַּמָּן, וְלָא הֲוָה חָמֵי לָהּ בַּר יִצְחָק בִּלְחוֹדוֹי, כַּד אָעֵיל תַּמָּן, וְעַל דָּא וַיִּנָּחֶם יִצְחָק אַחֲרֵי אִמּוֹ. דְּאִמּוֹ אִתְחֲזִיאַת וְאִזְדַּמְּנָא בְּבֵיתָא, וְעַל דָּא לָא כְתִיב אַחֲרֵי מִיתַת אִמּוֹ, אֶלָּא אַחֲרֵי אִמּוֹ.

Rabbi Elaâzar dit : C’est tout à fait juste. Mais, venez et voyez, ce secret – Bien que Sarah soit morte, son image n'a pas quitté la maison. Elle y est restée invisible depuis le jour de sa mort jusqu'à la venue de Rébecca. Lorsque vint Rébecca, l'image de Sarah a été vue à nouveau, comme il est écrit : « Et Isaac la fit venir [dans] la tente de Sarah, sa mère[7] », mais elle fut vue que par Isaac lorsqu'il est entré [dans la tente]. Par conséquent, « Isaac s’est réconforté après sa mère[8] », parce que sa mère a été vue et s'est présentée devant lui dans la maison. C’est pourquoi, il n'est pas écrit « après la mort de sa mère », mais plutôt « après (aħaréi) sa mère ».

רִבִּי שִׁמְעוֹן אֲמַר, מַאי שְׁנָא דִכְתִיב בֵּיהּ בְּיִצְחָק, וַיִּקַּח אֶת רִבְקָה וַתְּהִי לוֹ לְאִשָּׁה וַיֶּאֱהָבֶהָ. כֵּיוָן דַּאֲמַר וַתְּהִי לוֹ לְאִשָּׁה, לָא יְדַעְנָא דְּהוּא רָחִים לָהּ, דְּהָא כָּל בְּנֵי עַלְמָא רַחֲמֵי לִנְשַׁיְיהוּ. מַאי שְׁנָא בְּיִצְחָק, דִּכְתִיב בֵּיהּ וַיֶּאֱהָבֶהָ.

Rabbi Shiméon dit : Qu’est-il écrit de remarquable au sujet d'Isaac ? : « Il prit Rébecca et elle fut sa femme. Il l'aima[9] ». Parce qu'il est écrit que « elle fut sa femme », nous devons supposer qu'il l'aimait comme tous les fils du monde aiment leurs femmes. Qu'y a-t-il de différent avec Isaac, qui rende nécessaire l'ajout de « il l’aima » ?

אֶלָּא וַדַּאי אִתְעֲרוּתָא דִרְחִימוּ דִדְכוּרָא לְגַבֵּי אִתְּתָא, לָאו אִיהוּ אֶלָּא שְׂמָאלָא, דִּכְתִיב שְׂמֹאלוֹ תַּחַת לְרֹאשִׁי. וְחֹשֶׁךְ וְלַיְלָה כְּחַד אִינוּן, וּשְׂמָאלָא אִתְעַר רְחִימוּ תָּדִיר, לְגַבֵּי נוּקְבָא, וְאָחִיד בָּהּ, וְעַל דָּא אַף עַל גַּב דְּאַבְרָהָם רָחִים לָהּ לְשָׂרָה, לָא כְתִיב בֵּיהּ וַיֶּאֱהָבֶהָ, אֶלָּא בְּיִצְחָק. וְאִי תֵימָא וַיֶּאֱהַב יַעֲקֹב אֶת רָחֵל, סִטְרָא דְיִצְחָק, דַּהֲוָה בֵּיהּ, קָעֳבִיד לֵיהּ.

Assurément l'éveil de l'amour du mâle pour l’Épouse vient de la gauche, comme il est écrit, « Sa gauche est sous ma tête[10] ». Obscurité et nuit ne font qu'un, car la gauche suscite toujours l'amour du féminin et s’y unit. C'est pourquoi, bien qu'Abraham ait aimé Sarah, il n'est pas écrit de lui : « Et il l'aima », mais seulement dans le cas d'Isaac. Si l'on dit cependant qu'il est écrit : « Et Jacob aima Rachel[11] », c'est parce que ce côté d'Isaac était inclus en lui.

תָּא חֲזֵי, אַבְרָהָם כַּד חָמָא לְשָׂרָה, הֲוָה מְחַבֵּק לָהּ, וְלָא יַתִּיר, אֲבָל יִצְחָק דְּאִיהוּ בַּעֲלָהּ, אָחִיד בָּהּ, וְשַׁוֵּי דְּרוֹעֵיהּ תְּחוֹת רֵישָׁהּ, דִּכְתִיב שְׂמֹאלוֹ תַּחַת לְרֹאשִׁי וִימִינוֹ תְּחַבְּקֵנִי. לְבָתַר אָתָא יַעֲקֹב, וְשִׁמֵּשׁ עַרְסָא, וְאוֹלִיד תְּרֵיסַר שְׁבָטִין, כֹּלָּא כִּדְקָא יָאוֹת.

Vient et vois – Quand Abraham vit Sarah, il ne fit que l’enlacer[12], et pas plus. Mais Isaac, son mari, la prit [Rebecca] et mit son bras sous sa tête, comme il est écrit : « Sa gauche est sous ma tête et sa droite m’enlace ». Alors vint Jacob, il s’accoupla et engendra douze tribus. Tout comme il se doit.

וְתָא חֲזֵי, אֲבָהָן כֻּלְּהוּ בְּרָזָא חָדָא אֲזָלוּ, וְכֻלְּהוּ שִׁמְשׁוּ בְּאַרְבַּע נָשִׁין, כָּל חַד מִנַּיְיהוּ. אַבְרָהָם בְּאַרְבַּע: שָׂרָה, וְהָגָר, וּתְרֵי פִּלַּגְשִׁים. דִּכְתִיב וְלִבְנֵי הַפִּלַּגְשִׁים אֲשֶׁר לְאַבְרָהָם, פִּלַּגְשִׁים תְּרֵי, הָא אַרְבַּע.

Viens et vois – Les patriarches ont tous vécu selon un secret [133b]. Chacun avait quatre épouses. Abraham en avait également quatre : Sarah, Hagar, et deux concubines. Comme il est écrit : « Aux fils des concubines d’Abraham[13] ». Concubines [au pluriel, signifie] deux, il y en avait quatre [en tout].

יִצְחָק בְּרָזָא דְאַרְבַּע, דִּסְטִירוּ דְרִבְקָה, דִּכְתִיב וַיִּקַּח אֶת רִבְקָה חַד, וַתְּהִי לוֹ לְאִשָּׁה תְּרֵי, וַיֶּאֱהָבֶהָ תְּלַת, וַיִּנָּחֶם יִצְחָק אַחֲרֵי אִמּוֹ הָא אַרְבַּע. לָקֳבֵל דָּא, הֲווֹ לְיַעֲקֹב, אַרְבַּע נָשִׁין. וְכֹלָּא בְּרָזָא חָדָא.

Isaac était dans le secret des quatre, du côté de Rébecca, comme il est écrit : « Il prit Rébecca », une, « et elle devint sa femme », deux, « et il l'aima », trois, « et Isaac se consola après sa mère », quatre. De la même manière, Jacob a eu quatre épouses, et toutes sont un seul secret.

רִבִּי חִיָיא אֲמַר, אַבְרָהָם וְיִצְחָק, שִׁמְּשׁוּ כָּל חַד בְּאִתְּתָא חָדָא, בְּרָזָא דְּקוּדְשָׁא. אַבְרָהָם בְּשָׂרָה, יִצְחָק בְּרִבְקָה, וְלָקֳבֵל תַּרְוַויְיהוּ, הֲוֵי אַרְבַּע נָשִׁין לְיַעֲקֹב, בִּתְרֵין חוּלָקִין. רִבִּי שִׁמְעוֹן אֲמַר סְלִיקוּ מִלִּין לְאַתְרַיְיהוּ. דְּהָא כֹּלָּא בְּרָזָא קַדִּישָׁא אִתְעֲבַד, וְכֹלָּא בְּרָזָא חָדָא.

Rabbi Ħiyya dit : Abraham et Isaac se sont accouplés avec une seule femme dans le secret de la sainteté. Abraham l'a fait avec Sarah, et Isaac avec Rébecca. En comparaison, Jacob avait quatre épouses, dont deux dans le profane. Rabbi Shiméon dit : Ces sujets ont atteint leur place dans la sainteté. En effet, tout se fait dans le secret de la sainteté, et tout est un seul et même secret.

 

[1] Psaumes 55:18.

[2] Psaumes 42:9.

[3] Nombres 28:4.

[4] Psaumes 92:9.

[5] Genèse 24:67.

[6] Genèse 25:19.

[7] Genèse 24:67.

[8] Genèse 24:67.

[9] Genèse 24:67.

[10] Cantique des Cantiques 8:3.

[11] Genèse 29:18.

[12] Réf. « « Sa main droite m'embrasse », Cantique des Cantiques 8:3.

[13] Genèse 25:6.