Les Portes de la Justice - Shaâréi tsédéq

Ce traité kabbalistique, placé par son auteur « sous l'éclairage du Séfer Yetsirah », est divisé en deux parties. La première est la Porte du Yod, en allusion aux dix sefiroth. La seconde est la Porte des lettres, où sont décrites les différentes méthodes de transpositions et de vocalisations des vingt-deux lettres de l'alphabet hébreu.

Disponibilité : Peu d'articles en stock, dépêchez-vous de commander !

16,00€ TTC

de Nathan ben Saâdiah Harrar (Auteur), Georges Lahy (Traduction)

Ce traité kabbalistique, placé par son auteur « sous l'éclairage du Séfer Yetsirah », est divisé en deux parties.

La première est la Porte du Yod, en allusion aux dix sefiroth.

La seconde est la Porte des lettres, où sont décrites les différentes méthodes de transpositions et de vocalisations des vingt-deux lettres de l'alphabet hébreu.

Les deux parties sont imprégnées de l'enseignement de la Kabbale prophétique d'Abraham Aboulâfia, elles font aussi écho aux deux concepts essentiels du Séfer Yetsirah : « Dix sefiroth-belimah et vingt-deux othioth-yessod ».La grande originalité de ce livre se trouve à la fin de la première partie. L'auteur raconte sa rencontre avec Abraham Aboulâfia, la façon dont celui-ci enseignait et les effets engendrés par les méditations de la kabbale extatique. Les récits autobiographiques de kabbalistes sont d'une grande rareté. Ce petit traité offre une synthèse des méthodes de combinaisons et de transpositions des lettres hébraïques, ainsi que des exemples de guimatria.L’auteur - Nathan bén Saâdhiah Harrar est un kabbaliste médiéval longtemps resté dans l’anonymat. Il rencontra son maître, Abraham Aboulâfia en Sicile aux environs de 1284. Il passa ensuite le reste de sa vie en Terre sainte.


Il est possible de feuilleter et d'acquérir ce titre sur le site de Amazon : Les Portes de la Justice