Le Sépher Yetsirah

sepher-yetsirah.png
18,50€ TTC En stock, livraison en 48h

Le Sépher Yetsirah, ou Livre de la Formation, est le plus important des écrits anonymes de la Kabbale. Les kabbalistes, les alchimistes et les érudits de toutes les générations ont cherché à en percer le mystère. Il décrit, en quelques pages, le processus de la Création du monde, à partir de l’émanation de dix lumières divines (Séphiroth) et de vingt-deux lettres hébraïques, constituant les trente-deux sentiers mystiques de la Sagesse. La lecture du livre se fait à plusieurs niveaux, certains y découvrent les clés de la Création, d’autres une méthode de méditation sur les lettres hébraïques. L’auteur présente quatre traductions du Sépher Yetsirah, dont deux avec le texte hébreu.

Le Sépher Yetsirah, ou Livre de la Formation, est le plus important des écrits anonymes de la Kabbale. Les kabbalistes, les alchimistes et les érudits de toutes les générations ont cherché à en percer le mystère.

Le livre hébreu de la Formation décrit, en quelques pages, le processus de la Création du monde, à partir de l’émanation de dix lumières divines (Séfiroth) et de vingt-deux lettres hébraïques, constituant les trente-deux sentiers mystiques de la Sagesse.
La lecture du livre se fait à plusieurs niveaux, certains y découvrent les clés de la Création, d’autres une méthode de méditation sur les lettres hébraïques favorisant une réédification spirituelle.
Les larges utilisations et reproductions des manuscrits du Sépher Yetsirah, au moyen-âge, ont eu pour conséquence la diffusion de versions divergentes. Actuellement les étudiants en Kabbale ou en Philosophie occulte ont souvent du mal à faire accorder les relations symboliques données par le livre, avec les citations de divers auteurs utilisant des versions différentes. C’est pourquoi, après avoir recensé les versions modifiées du Sépher Yetsirah, Georges Lahy propose ici l’édition des quatre textes, les plus utilisés par les kabbalistes mais aussi les plus divergents. Ceci, afin que chaque utilisateur du livre ait la vision la plus large et la plus intègre du texte.
L’auteur présente quatre traductions du Sépher Yetsirah, dont deux avec le texte hébreu, à savoir : La version du Gaon de Vilna et d’Isaac Louria, qui fait référence. La version dite «Courte» d’Abraham de Posquières, la version «Longue» de Shabbataï Donnelo et la version de Saadya Gaon. Ces textes sont suivis de commentaires généraux proposés par Georges Lahy et de tableaux comparatifs entre les versions. Il ne s’agit pas d’un commentaire de plus sur le Livre de la Formation, mais plutôt d’une synthèse libre des grands commentaires élaborés par les maîtres de la Kabbale du XIIe au XXe siècle. L’auteur a inséré, en annexe, la traduction complète des propos de Nah’manide (1190-1270) sur le Sépher Yetsirah.